Produit controversé

25 février 2019 07:50; Act: 25.02.2019 10:56 Print

Le Roundup de Monsanto passe encore en procès

Un nouvel agriculteur a porté plainte contre la firme pour son produit phare. Le plaignant estime que le produit, par sa toxicité, est responsable de son cancer.

storybild

Le Roundup est dans le viseur des défenseurs de l'environnement. (photo: AFP/Josh Edelson)

Sur ce sujet
Une faute?

Le célèbre désherbant Roundup de Monsanto, accusé par ses détracteurs d'être cancérigène, se retrouve de nouveau en procès à partir de lundi aux États-unis, six mois après un premier procès historique intenté, et gagné, par un jardinier malade. Après Dewayne Johnson, c'est un autre californien, Edwin Hardeman, qui accuse le produit au glyphosate d'avoir contribué à son cancer. Cet habitant du comté de Sonoma, au nord de San Francisco, affirme avoir usé abondamment du Roundup pour désherber sa propriété depuis les années 80 jusqu'en 2012.

Selon la plainte, le géant agro-chimique (désormais propriété de l'allemand Bayer) «savait ou avait les éléments pour savoir que le Roundup était défectueux et non sûr» et qu'il pouvait «entraîner le cancer ou d'autres maladies ou blessures graves». «L'information que Monsanto a fournie ne contenait pas les avertissements et précautions adéquats qui auraient permis à M. Hardeman d'utiliser le produit de façon sûre», ajoutent les avocats du plaignant, qui accusent aussi, entre autres, la firme «d'avoir diffusé des informations erronées, fausses et trompeuses».

Monsanto, qui vend du Roundup dans le monde entier depuis plus de 40 ans, s'en tient toujours à sa ligne de défense: ses produits ne sont pas dangereux si on respecte les conditions d'utilisation. Ce nouveau procès, organisé également à San Francisco, est le premier à s'ouvrir au niveau fédéral américain, l'affaire Johnson étant restée au niveau de la Californie. Il est juridiquement lié à ces centaines d'autres contre le Roundup à travers les États-Unis intentés par des plaignants qui accusent eux aussi le désherbant d'avoir causé leur cancer. Le jugement qui sortira donnera un signe important aux autres juridictions et servira de test.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bopa le 25.02.2019 22:37 Report dénoncer ce commentaire

    Tant que Monsanto était américain les USA ne voyait aucun problème. Maintenant que c'est une entreprise allemande, ils sanctionnent la toxicité des produits et ponctionnent les européens.

  • Marcello le 26.02.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Comment Bayer a pu avoir l'idée de racheter Monsanto ? Sauf miracle ils sont foutus.

Les derniers commentaires

  • Marcello le 26.02.2019 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    Comment Bayer a pu avoir l'idée de racheter Monsanto ? Sauf miracle ils sont foutus.

  • Bopa le 25.02.2019 22:37 Report dénoncer ce commentaire

    Tant que Monsanto était américain les USA ne voyait aucun problème. Maintenant que c'est une entreprise allemande, ils sanctionnent la toxicité des produits et ponctionnent les européens.