Destitution

22 janvier 2021 17:46; Act: 22.01.2021 18:12 Print

Le Sénat avance pour préparer le procès de Trump

L’ancien président est accusé d’«incitation à l’insurrection», suite à l’invasion du Capitole, le 6 janvier.

storybild

Le milliardaire républicain est accusé d’avoir encouragé ses partisans à se lancer à l’assaut du Capitole, le 6 janvier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L’acte de mise en accusation de Donald Trump sera transmis lundi au Sénat américain, à qui il revient de le juger pour «incitation à l’insurrection», a annoncé vendredi, le chef démocrate de la Chambre haute, Chuck Schumer. La cheffe de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, l’«a informé que l’acte d’accusation serait transmis au Sénat, lundi», a-t-il déclaré dans l’hémicycle.

Cette étape, qui implique la lecture devant les sénateurs des articles d’«impeachement» visant l’ancien président, marquera l’ouverture formelle de son second procès dans le cadre de l’infamante procédure de destitution. Le milliardaire républicain est accusé d’avoir encouragé ses partisans à se lancer à l’assaut du Capitole, le 6 janvier, au moment où les élus du Congrès certifiaient la victoire de Joe Biden, à la présidentielle.

«Ne vous trompez pas»

Les débats de fond au Sénat pourraient toutefois attendre et aucune date n’a encore été communiquée. Chuck Schumer a juste précisé avoir discuté avec le chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell, «du calendrier et de la durée» des audiences. «Mais ne vous trompez pas, il y aura un procès au Sénat des États-Unis et un vote sur la culpabilité du président», a-t-il lancé.

Lui succédant à la tribune, Mitch McConnell a regretté la cadence. «La mise en accusation par la Chambre a été plus rapide et minimaliste que jamais, l’étape suivante ne peut pas être un procès insuffisant au Sénat», a-t-il déclaré. «Nous avons besoin d’un procès complet et équitable, lors duquel l’ancien président pourra se défendre et le Sénat considérer toutes les questions factuelles, légales et constitutionnelles», a-t-il poursuivi, en suggérant d’attendre la mi-février pour entamer les débats.

(L'essentiel/AFP)