Environnement

05 décembre 2021 16:33; Act: 05.12.2021 17:21 Print

Le Texas, triste champion de la pollution plastique

A 200 kilomètres au sud de Houston, dans la baie de Matagorda où se jette le Colorado, des millions de granulés de plastique s'éparpillent dans la nature.

storybild

Les États-Unis sont de loin le pays contribuant le plus à la pollution plastique dans le monde. (photo: AFP/Desiree Martin)

Sur ce sujet
Une faute?

Sur un bateau, Diane Wilson dénonce cette pollution industrielle répétée du géant taïwanais Formosa. Cette ancienne pêcheuse de crevettes dans le golfe du Mexique documente, depuis des années, les infractions de Formosa Plastics, le quatrième plus gros producteur de plastique au monde, qui s'est installé en 1983 à Point Comfort, près des eaux où elle naviguait.

«Lorsque nous avons fait des prélèvements concernant Formosa, nous avons trouvé 2 000 infractions. Combien en a trouvé l'État du Texas? Zéro», affirme-t-elle sur le pont d'une embarcation de pêcheur.

L'Américain, recordman pollueur

Les contrôleurs quittent régulièrement «les agences d'État et se font embaucher dans l'usine chimique parce qu'on ne gagne rien à être inspecteur, agent ou directeur exécutif dans une agence environnementale», ajoute-t-elle.

Les États-Unis sont de loin le pays contribuant le plus à la pollution plastique dans le monde, selon un rapport publié mercredi.

Au total, le pays a généré 42 millions de tonnes de déchets plastiques en 2016, selon cette analyse des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine.

130 kilos de déchets par an

C'est plus du double de la Chine et davantage que tous les pays de l'Union européenne réunis, alors que les États-Unis représentent moins de 5% de la population mondiale.

En moyenne, chaque Américain génère 130 kilos de déchets plastiques par an, la deuxième position revenant au Royaume-Uni, avec 98 kilos annuels par personne. En France, la moyenne est de 43 kilos.

Avec seulement 737 habitants, le village de Point Comfort compte désormais 17 unités de production de plastique de Formosa, étalées sur 730 hectares.

Issue d’une famille de quatre générations de pêcheurs, Diane Wilson incarne la lutte contre la pollution du géant taïwanais.

Cette mère de cinq enfants se bat en particulier contre les granulés de plastique, ressemblant à de petites billes blanches, qui se retrouvent par millions sur la côte, pris dans la végétation ou recouverts de sable.

Ces produits finaux, que les clients de Formosa Plastics n'auront plus qu'à fondre, s'échappent au moindre coup de vent sur la ligne de production ou lorsqu'ils sont transférés sur les bateaux ou les trains.

«Poignée de pêcheurs»

Dénonçant l'inaction des pouvoirs publics, la Texane a poursuivi l’entreprise et est parvenue à lui faire signer en décembre 2019 un accord qui la contraint à débourser plusieurs dizaines de milliers de dollars chaque jour où elle laisse s’échapper des granulés ou de la poudre de plastique.

«Formosa a réalisé 50 violations (de l'accord) depuis juin dernier et a payé environ 1,1 million de dollars. L'argent va à un trust appelé Matagorda. Il finance des projets environnementaux», précise Diane Wilson. Mais la pollution de l’entreprise ne s’arrête pas là.

Légalement, Formosa Plastics «décharge chaque jour plusieurs millions de gallons (un gallon = environ 4 litres) de produits toxiques dans la baie et cela a affecté la pêche. Il y avait 400 à 600 pêcheurs dans la région. On a de la chance aujourd’hui si on en trouve une poignée», déplore Mme Wilson.

Lencho, 71 ans, est un des derniers: «Nous allions là-bas, travaillions toute la journée et revenions avec 20 casiers de crevettes», explique-t-il dans son magasin d'appâts. «Si vous allez au même endroit aujourd’hui, travaillez toute la journée, vous n'aurez pas un seul casier!».

Comme ceux de Diane Wilson, ses enfants ne seront pas pêcheurs. L'un d’eux travaille d'ailleurs chez Formosa Plastics.

Le groupe à la capitalisation de 104 milliards de dollars possède aussi des usines à Baton-Rouge en Louisiane, en Caroline du Sud, dans le New-Jersey, au Vietnam et à Taïwan.

«Au cours de la prochaine décennie, aux États-Unis, il y aura davantage d’émissions de gaz à effet de serre dues à la production de plastique qu'au charbon», affirme Judith Enck, auteure d'un rapport pour Beyond Plastics, un projet mené par l'université de Bennington (Vermont).

Sortie en octobre, cette étude révèle que presque 80% des émissions de CO2 de l'industrie plastique sont concentrées dans le Golfe du Mexique, en Louisiane et surtout au Texas où ont lieu 45,2 % des émissions.

560 millions de dollars d'amendes

Le plastique est réalisé à partir de plusieurs gaz, et d'éthane en particulier. La côte sud possède de nombreux avantages pour sa production: une énergie dérégulée bon marché, une main d’œuvre qualifiée, et des infrastructures portuaires et énergétiques exceptionnelles.

Mais la région possède un autre atout d’après Judith Enck: «Beaucoup d'industries des énergies fossiles aiment faire des affaires au Texas parce que les lois environnementales y sont faibles et peu appliquées».

«Ces 21 dernières années, Formosa Plastics Group (…) a payé plus de 560 millions de dollars d’amendes», assure Jane Patton, auteure d’un rapport (Formosa Plastics Group: a serial offender of environmental and human rights) sorti en octobre pour l'ONG de défense de l’environnement CIEL.

Sollicitée par l'AFP pour une interview, la société Formosa a décliné, renvoyant à l'accord de 2019.

Depuis la Nouvelle-Orléans, Jane Patton ajoute être inquiète du fait que, malgré ce passif, le groupe ait obtenu les autorisations nécessaires pour construire un méga-complexe de 14 usines à St. James, en Louisiane, à quelques kilomètres de la source de son eau potable.

Entre la Nouvelle-Orléans et Bâton-Rouge, le site se trouvera «le long du Mississippi, au milieu d’un corridor industriel et chimique que l’on appelle l'allée du Cancer. Sept des dix zones avec les taux de cancers les plus élevés des États-Unis se situent dans un périmètre de 140 kilomètres» indique son rapport.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bronco le 06.12.2021 00:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Greta where are you ???????

  • J'aime mon village et mes vaches le 05.12.2021 20:14 Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui, le rêve américain...

  • Lora le 05.12.2021 18:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amérique et la toute puissance du $ que personne n’ose défier.

Les derniers commentaires

  • John Wayne le 06.12.2021 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Avant le Texas il y avait le Far West, maintenant c'est GOo Plastic West

  • @egoisme le 06.12.2021 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'article ne parle pas des 'États-Unis' mais d'un seul État américain!! Peut-être que votre commentaire devrait se concentrer sur l'article.

  • Klaus le 06.12.2021 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'article parle du Texas, donc d'un seul État américain et non de toutes les États-Unis!! Trop haut à piger pour certains? Le Texas et le reste du pays n'ont pas grand chose en commun. Si on veut critiquer aveuglément il faudrait pourtant réfléchir un minimum.

  • taza red le 06.12.2021 09:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le Texas,. ha oui le règne des armes du pétrole de Trump des antivax alors le recyclage pff..

  • borko le 06.12.2021 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le Texas, état le plus arriéré des États-Unis.