Tuerie au Texas

07 novembre 2017 07:32; Act: 07.11.2017 10:08 Print

Le tireur n'avait pas le droit d'acheter une arme

Devin Patrick Kelley, jugé pour violences conjugales, n'aurait pas dû pouvoir acquérir d'armes mais l'US Air Force n'avait pas informé le FBI de la condamnation du tireur.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«Le délit de violence conjugale de Kelley n'a pas été inscrit au registre du Centre national d'information criminelle (NCIC)», a indiqué lundi soir l'armée de l'air américaine, en précisant avoir ouvert une enquête. L'ex-caporal, jugé dans une cour martiale en 2012 pour violences contre son épouse et l'enfant de cette dernière, avait été condamné à 12 mois de détention avant d'être dégradé au rang de simple soldat et d'être chassé de l'armée. Le Pentagone est normalement tenu de communiquer au FBI toute condamnation par une cour martiale, pour son inclusion dans les registres du NCIC.

Selon la loi fédérale, l'ancien caporal reconverti en agent de sécurité n'avait donc pas le droit d'acheter ou de posséder une arme à feu, a rappelé l'armée de l'air américaine. Dimanche, armé d'un fusil semi-automatique AR-15, il a choisi la First Baptist Church de Sutherland Springs, petite bourgade texane à l'est de San Antonio, pour perpétrer l'une des pires fusillades de l'histoire contemporaine des États-Unis. Son geste reste encore inexpliqué.

Le tueur, connu pour ses positions farouchement antireligieuses et athées, a ôté la vie à 26 personnes et notamment un bébé de 18 mois, un garçonnet de deux ans ou encore une personne âgée de 77 ans. Il a également blessé 20 personnes.

(L'essentiel/AFP)