ONU

25 octobre 2020 09:03; Act: 25.10.2020 10:48 Print

Le traité contre les armes nucléaires bientôt en vigueur

Le traité prohibe l’utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d’utilisation des armes nucléaires.

storybild

La France, qui a mené des essais nucléaires à Mururoa, en Polynésie française, n’a pas signé le traité, tout comme la Suisse (archives). (photo: KEYSTONE/AP/STR)

Sur ce sujet
Une faute?

Le traité international interdisant les armes nucléaires a été ratifié par un 50e pays, a annoncé samedi l’ONU, ce qui permet l’entrée en vigueur dans 90 jours de ce texte que ses promoteurs jugent historique.

Bien que le traité n’ait pas été signé par les principaux détenteurs de l’arme atomique, les militants pro-abolition espèrent que son entrée en vigueur sera plus que symbolique. C’est le Honduras qui est devenu le 50e pays à avoir ratifié le traité, nombre à partir duquel le texte entre en vigueur.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a célébré l’événement. C’est «la culmination d’un mouvement mondial pour attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de tout usage des armes nucléaires», selon un communiqué de son porte-parole. «Cela représente un engagement important vers l’élimination totale des armes nucléaires, qui reste la plus haute priorité des Nations unies en matière de désarmement», ajoute le communiqué.

«Historique»

Des organisations non gouvernementales ont elles aussi salué l’événement, notamment la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN). Cette ONG qui a obtenu en 2017 le prix Nobel de la paix pour son rôle dans l’élaboration du traité a salué un progrès «historique». «Aujourd’hui, c’est une victoire pour l’humanité et la promesse d’un futur plus sûr», a déclaré dans un communiqué Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires prohibe l’utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d’utilisation de telles armes. Il avait été approuvé par l’Assemblée générale des Nations unies en juillet 2017 avec le soutien de 122 pays. Et il a désormais été signé par 84 pays.

Parmi ceux qui l’ont ratifié récemment figurent le Nigeria, la Malaisie, l’Irlande, Malte, Tuvalu. Après la 50e ratification, celle du Honduras, le traité doit entrer en vigueur le 22 janvier 2021, a annoncé l’ONU. Mais les principaux pays possédant l’arme nucléaire, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie, ne l’ont pas signé. Le Luxembourg n'a également pas signé.

Les militants pro-abolition espèrent que sa ratification aura le même impact que les traités internationaux précédents interdisant les mines terrestres et les armes à sous-munitions: stigmatiser la possession et l’utilisation des armes nucléaires, ce qui pourrait conduire à un changement de comportement, même de la part des pays non-signataires.

Dissuasion

L’Autriche s’est félicitée samedi de la prochaine entrée en vigueur du traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), après l’obtention des 50 ratifications nécessaires. «Avec ce succès, nous avons fait un pas important vers notre objectif d’un monde sans armes atomiques», a écrit sur Twitter le chancelier conservateur Sebastian Kurz, rappelant le «rôle décisif» de son pays aux côtés d’autres nations pour défendre ce texte.

Les États dotés d’armes nucléaires soutiennent pour leur part que leurs arsenaux servent de dissuasion et se disent attachés au Traité de non-prolifération, qui vise à empêcher la dissémination à d’autres pays des armes nucléaires. «Trop de gens acceptent les armes nucléaires comme des composantes inévitables de l’architecture internationale de sécurité», a dit Peter Maurer. «Le traité d’interdiction des armes nucléaires nous permet d’imaginer un monde libéré de ces armes inhumaines comme un but atteignable», a-t-il ajouté.

Selon l’ICAN, «nous pouvons nous attendre que les compagnies cessent de produire des armes nucléaires et que les institutions financières cessent d’investir dans les firmes qui produisent des armes nucléaires». La directrice exécutive de l’ICAN, Beatrice Fihn, a salué «un nouveau chapitre vers le désarmement nucléaire». «Des décennies d’activisme ont réalisé ce que beaucoup estimaient impossible: les armes nucléaires sont interdites», a-t-elle déclaré.

«Avec ce succès, nous avons fait un pas important vers notre objectif d’un monde sans armes atomiques», a écrit sur Twitter le chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz, rappelant le «rôle décisif» de son pays aux côtés d’autres nations pour défendre ce texte.

Symbolique

Cette étape, pour l’instant extrêmement symbolique, s’inscrit dans un contexte de fortes tensions sur la question du désarmement. Le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) signé en 1987 entre Washington et Moscou, qui avait entraîné la destruction d’environ 2700 missiles d’une portée de 500 à 5500 km, est de facto mort depuis 2019, au grand dam des Européens. Le président américain Donald Trump s’en était retiré après avoir accusé la Russie de ne pas le respecter.

Depuis, le traité américano-russe New Start conclu en 2010, qui arrive à expiration début 2021, est considéré comme le dernier accord nucléaire encore en vigueur, contenant les arsenaux des deux pays en dessous de leurs sommets de la Guerre froide. Les deux pays viennent de s’entendre sur le principe d’une prolongation d’un an, le temps de régler les questions de fond.

(L'essentiel/AFP/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Empire Byzantin le 25.10.2020 09:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu'il y aura des hommes, il y aura des conflits. C'est malheureusement la triste vérité.

  • red taz on le 26.10.2020 00:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    farce.. c'est cette arme, elle détruit toute forme de vie et écosystèmes pendant des centaines d'années..

  • TontonB le 25.10.2020 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Le traité n'est pas ratifié par les plus grands pays détenteurs de l'arme. A quoi cela sert d'en parler alors ?

Les derniers commentaires

  • Nestor D. le 26.10.2020 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ce traité, dont on parle ici à l’ONU, n’est rien d’autre qu’un bout de papier format A-4 en plus dans lequel on fait deux trous à 80 mm de distance, prêt à être stocké dans une farde comme oubliette ou archives. Rien de plus! Lettre morte donc. La preuve: nos «grands voisins» européens ne l’ont et ne le voudront jamais ratifier!

  • Nestor D. le 26.10.2020 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    Pour ceux qui confondent arme nucléaire et centrale nucléaire, qu’ils aillent visiter les bases d’aviation américaine à Florennes et à Kleine Brogel en Belgique où sont stockes leurs maudites bombes qui pourront détruite 50 fois la planète entière quand on n’en a qu’une seule! Par contre, une centrale nucléaire tient son énergie d’une chaudière nucléaire qui donne sa chaleur pour faire de la vapeur d’eau pour entrainer les alternateurs qui nous donnent de l’électricité. Grand différence entre les deux sites! Allez voir avant de confondre les deux techniques !

  • red taz on le 26.10.2020 00:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    farce.. c'est cette arme, elle détruit toute forme de vie et écosystèmes pendant des centaines d'années..

  • Réaliste le 25.10.2020 13:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons un arsenal pour détruire 50planètes alors que nous vivons sur une seule planète. Mais il est impossible de changer l homme la preuve avec le covid, l homme est née pour détruire et pourtant c est la machine la plus perfectionnée du monde .Triste.

  • Léon le 25.10.2020 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Une belle farce