Au Nigeria

02 mars 2021 07:02; Act: 02.03.2021 09:16 Print

Les adolescentes enlevées sont libérées

Le gouverneur de l’État de Zamfara, au Nigeria, a annoncé que 279 adolescentes, enlevées vendredi dans leur école, ont été libérées ce mardi.

storybild

Les autorités avaient initialement affirmé que 317 jeunes filles manquaient à l’appel, après l’attaque de ce pensionnat dans l’État de Zamfara, dans la nuit de jeudi à vendredi. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les centaines d’adolescentes enlevées vendredi dernier dans leur pensionnat de Jangebe, dans le nord-ouest du Nigeria, ont été libérées et sont mardi matin dans les locaux du gouvernement de Zamfara, a annoncé à l’AFP, le gouverneur de cet État, Dr. Bello Matawalle.

«Je suis heureux d’annoncer que les filles ont été libérées. elles viennent juste d’arriver dans la maison du gouvernement, et sont en bonne santé», a-t-il déclaré à un journaliste de l’AFP, qui a pu voir les jeunes filles. «Le nombre total de filles enlevées dans l’école est de 279, elles sont toutes ici avec nous, nous remercions Allah», a ajouté le gouverneur.

Les autorités avaient initialement affirmé que 317 jeunes filles manquaient à l’appel après l’attaque de ce pensionnat dans l’État de Zamfara dans la nuit de jeudi à vendredi par des hommes armés. Un journaliste de l’AFP a pu voir des centaines de jeunes filles, portant un hijab de couleur bleu ciel, réunies à la maison du gouvernement.

Quatrième attaque d’écoles en trois mois

Il s’agissait de la quatrième attaque d’écoles en moins de trois mois dans le nord-ouest du Nigeria, où des groupes criminels, appelés «bandits», multiplient les vols de bétail à grande échelle et pratiquent les enlèvements contre rançon depuis plus de dix ans.

Les autorités de Zamfara ont l’habitude de discuter avec les groupes criminels avec lesquels ils négocient depuis plus d’un an des accords d’amnistie en échange de la remise de leurs armes. Ce sont les responsables de l’État de Zamfara qui avaient d’ailleurs négocié la libération en décembre dernier de 344 garçons qui avaient été enlevés par des bandits de leur pensionnat dans l’État voisin de Katsina.

Enlèvement de masse

À chaque libération, les autorités nient payer une quelconque rançon aux ravisseurs, mais cela fait pourtant peu de doute pour les experts en sécurité qui craignent que cela ne mène à une multiplication des enlèvements dans ces régions minées par l’extrême pauvreté et peu ou pas du tout sécurisées.

Ce nouvel enlèvement de masse avait ravivé le souvenir du rapt de Chibok en 2014, lorsque le groupe djihadiste Boko Haram avait enlevé 276 lycéennes, suscitant une émotion mondiale. Pus d’une centaine d’entre elles sont encore portées disparues et personne ne sait combien sont toujours vivantes. Mais ces deux enlèvements sont à distinguer: les «bandits» agissent avant tout pour l’appât du gain, et non pour des raisons idéologiques, même si certains ont tissé des liens avec les groupes djihadistes dans le Nord-Est.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • aristoteavéraisin le 02.03.2021 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours vierges ?

Les derniers commentaires

  • aristoteavéraisin le 02.03.2021 18:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours vierges ?