En Algérie

17 mai 2019 19:17; Act: 17.05.2019 19:17 Print

Les Algériens à nouveau dans la rue à Alger

Une importante foule a défilé dans le centre d'Alger pour un 13e vendredi consécutif de manifestations dans le pays.

storybild

Le mouvement de contestation en Algérie ne faiblit pas.

Sur ce sujet
Une faute?

La fatigue liée au mois de jeûne du ramadan n'a pas entamé la mobilisation en Algérie contre le gouvernement. Difficile à évaluer en l'absence de comptage officiel, celle-ci semblait à Alger peu ou prou comparable à celles des semaines précédentes.

Des foules nombreuses ont marché également à Oran et Constantine, 2e et 3e villes du pays, mais aussi à Béjaia, Tizi Ouzou et Bouira, dans la région de Kabylie (nord), à Tiaret, Relizane, Mostaganem et Mascara (entre 200 et 300 au sud-ouest d'Alger), à Mila et Jijel (à 285 km et 350 à l'est), selon le site d'information TSA (Tout sur l'Algérie).

Parvis reconquis

Déployée en nombre depuis le début de la matinée dans la capitale, la police a lutté plusieurs heures pour interdire l'accès au parvis et aux marches de la Grande Poste, lieu de ralliement de la contestation dans la capitale depuis le début du mouvement le 22 février. «Honte à vous policiers», criaient les manifestants, dans une ambiance tendue, marquée par quelques bousculades mais sans heurts sérieux.

Les pulvérisations de gaz lacrymogène n'ont pas suffi à éloigner et dissuader les manifestants et les policiers en tenue anti-émeutes ont finalement dû céder sous la pression croissante d'une foule de plus en plus nombreuse et déterminée à reprendre ce «territoire» symbolique de la contestation, selon un journaliste de l'AFP.

Malaises

Les policiers ont finalement quitté les lieux sous les sifflets de la foule. La wilaya (préfecture d'Alger) a justifié l'interdiction pour des raisons de sécurité, affirmant qu'une expertise avait révélé des faiblesses structurelles dans l'escalier du parvis. Une dizaine de personnes ont été secourues par des volontaires, la plupart victimes de malaises dus à la chaleur et au jeûne, selon un photographe de l'AFP.

Des barrages filtrants ont par ailleurs été installés dès la matinée par les forces de l'ordre sur certains axes routiers menant à Alger, a raconté à l'AFP Ali, commerçant venu de Bordj Menael, à 60 km à l'est de la capitale.

Départ

«Non aux élections» prévues le 4 juillet pour élire un successeur au président Abdelaziz Bouteflika, peut-on lire sur certaines pancartes. Après 20 ans à la tête de l'Algérie, l'ancien chef de l'Etat a été contraint de démissionner le 2 avril sous les pressions conjuguées du mouvement inédit de contestation et de l'armée.

Les manifestants demandent avant tout scrutin le départ de toutes les figures associées à M. Bouteflika, en tête desquelles le président par interim Abdelkader Bensalah et le Premier ministre Noureddine Bedoui, deux apparatchiks, mais aussi le général Gaïd Salah, au bénéfice de structures ad hoc pour gérer la transition.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • moh le 18.05.2019 04:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive mon pays

Les derniers commentaires

  • moh le 18.05.2019 04:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vive mon pays

    • Hein le 18.05.2019 12:21 Report dénoncer ce commentaire

      Quel est ton pays?