Élection en Tunisie

16 septembre 2019 07:35; Act: 16.09.2019 10:31 Print

Les antisystème seraient qualifiés pour le 2e tour

Sur la base de sondages émanant d'instituts privés, Kais Saied et Nabil Karoui ont revendiqué leur qualification pour le second tour de la présidentielle en Tunisie.

storybild

Des scènes de liesse ont eu lieu dimanche soir chez les partisans des deux candidats qui revendiquent le deuxième tour. (photo: AFP/Fethi Belaid)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux candidats antisystème, dont un en prison, ont affirmé dimanche soir être qualifiés pour le deuxième tour de la présidentielle en Tunisie. L'homme d'affaires emprisonné Nabil Karoui et l'universitaire indépendant Kais Saied, deux nouveaux venus sur la scène politique, ont revendiqué leur qualification sur la foi de deux sondages d'instituts privés. Mais le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, dont le candidat Abdelfattah Mourou est donné troisième par ces sondages, a souligné que «seule l'Instance des élections donne les résultats». Les résultats officiels seront annoncés mardi au plus tard par l'Instance chargée des élections (Isie).

Selon les instituts Sigma Conseil et Emrhod, Kais Saied est arrivé en tête avec environ 19% des voix devant Nabil Karoui, crédité de quelque 15% des suffrages. M. Mourou est donné troisième avec 11 à 12,5% des voix. S'ils se confirment, ces résultats seraient un véritable coup de tonnerre qui balaye la classe politique tunisienne au pouvoir depuis la révolution de 2011, et ouvre une période d'immense incertitude dans le pays pionnier du printemps arabe. Des scènes de liesse se sont déroulées peu après la fermeture des bureaux de vote devant le quartier général de M. Karoui. Sa femme, Salwa Smaoui, a lu une lettre de son époux incarcéré, saluant «un jour exceptionnel pour la démocratie et pour l'histoire du pays».

De son côté, l'universitaire indépendant Kais Saied, 61 ans, surnommé Robocop en raison de sa diction rigide et de son visage impassible, s'est dit conscient d'avoir «une grande responsabilité»: «Je suis le premier du premier tour , et si je suis élu président j'appliquerai mon programme». M. Saied, connu des Tunisiens pour avoir commenté la scène politique sur les plateaux de télévision depuis la révolution de 2011, n'a aucun parti pour le soutenir et n'avait jamais disputé de campagne électorale. Sept millions de Tunisiens étaient appelés aux urnes pour le premier tour de ce scrutin, la deuxième élection présidentielle libre depuis la révolution de 2011. La participation a été de 45,2 %, a indiqué l'Isie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 16.09.2019 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'espère que ce pays sera un jour libre et sécurisé. Un très beau pays pourtant!

  • alors la diplomatie ? le 16.09.2019 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que fait le ministre des affaires étrangères ? Quelles actions diplomatiques sont prises pour sortir de prison ce prisonnier politique avant les élections ?

Les derniers commentaires

  • Grand Maître le 16.09.2019 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'espère que ce pays sera un jour libre et sécurisé. Un très beau pays pourtant!

  • alors la diplomatie ? le 16.09.2019 08:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que fait le ministre des affaires étrangères ? Quelles actions diplomatiques sont prises pour sortir de prison ce prisonnier politique avant les élections ?