Procédure de destitution

16 octobre 2019 07:28; Act: 16.10.2019 09:23 Print

Les démocrates avancent dans leur enquête

Des élus démocrates ont annoncé mardi avoir récolté des informations intéressantes dans leur enquête en vue de la procédure de destitution contre Donald Trump.

storybild

Nancy Pelosi et Adam Schiff ont évoqué l'avancement de l'enquête initiée par les démocrates. (photo: AFP/Alex Wong)

Sur ce sujet
Une faute?

Les démocrates ont affirmé mardi qu'ils accumulaient les éléments à charge en vue de destituer le président américain Donald Trump, grâce à une série d'auditions parlementaires. Le Congrès a fait sa rentrée mardi après deux semaines sans siéger, que les élus démocrates de la Chambre des représentants ont mis à profit pour faire avancer leur enquête. Ils cherchent à déterminer si Donald Trump a abusé de sa fonction pour forcer Kiev à enquêter sur l'ancien vice-président démocrate Joe Biden.

La cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, et le responsable de l'enquête à la Chambre Adam Schiff ont déploré le refus de l'administration Trump de fournir des documents au Congrès. Le vice-président Mike Pence, le ministère de la Défense, la direction du Budget de la Maison-Blanche et l'avocat personnel du président, Rudy Giuliani, se sont soustraits mardi aux injonctions du Congrès. Selon Adam Schiff, «il y a de plus en plus de preuves d'une entrave au travail du Congrès» de la part de l'administration Trump. La Maison-Blanche reproche à Nancy Pelosi de ne pas avoir organisé de vote en séance plénière à la Chambre des représentants pour initier cette procédure explosive de destitution, contrairement aux précédents les plus récents (contre Richard Nixon en 1974 et Bill Clinton en 1995).

«Nous continuons malgré tout à recueillir des informations bonnes et importantes de témoins courageux», a précisé Adam Schiff, en référence notamment à l'audition la veille d'une diplomate, Fiona Hill, qui fut conseillère à la Maison-Blanche sur l'Ukraine et la Russie jusqu'à cet été. Selon plusieurs médias, elle a expliqué aux élus que l'ancien conseiller à la Sécurité nationale John Bolton s'était alarmé des efforts déployés par Rudy Giuliani auprès du gouvernement de Kiev pour qu'il rassemble des éléments compromettants sur Joe Biden.

John Bolton, qui a été démis de ses fonctions en septembre, aurait, selon Mme Hill, comparé les efforts de l'avocat du président et du chef de cabinet de la Maison Blanche, Mick Mulvaney à des «manœuvres de trafiquants de drogue». Les démocrates sont convaincus que Rudy Giuliani a posé les bases pour l'appel téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien au cœur du scandale. Lors de cet échange, à la fin juillet, le président américain a demandé à Volodymyr Zelensky de «se pencher» sur les Biden. Donald Trump clame que son appel était «irréprochable» et assure avoir légitimement voulu combattre la «corruption» des Biden.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.