Au Honduras

12 juillet 2019 16:31; Act: 12.07.2019 16:41 Print

Les dessous affreux de la pêche à la langouste

Décès, handicaps, pauvreté: les Indiens mosquitos paient le prix fort pour garnir les assiettes des gourmets de ces précieux crustacés.

Sur ce sujet
Une faute?

Après sa dernière plongée dans les eaux de la mer des Caraïbes au large du Honduras, Ernesto McLean ne pouvait plus marcher: la pêche à la langouste a eu raison de sa santé, comme de celle de milliers de pêcheurs de la Mosquitia, dont 27 ont succombé récemment dans un naufrage. «J'ai été pris de nausées, d'une douleur à l'estomac et quand je suis sorti de l'eau j'ai essayé de me mettre debout (dans la barque), mais mes jambes étaient paralysées», a raconté à l'AFP cet Indien mosquito de 44 ans.

Depuis le 3 juillet, les quelque 100 000 Indiens mosquitos du département de Gracias a Dios (est) sont en deuil: 27 d'entre eux sont morts et six autres sont toujours portés disparus après le naufrage du Capitan Waly où s'étaient entassés 88 pêcheurs. Dès l'ouverture de la saison de pêche à la langouste, le 1er juillet, des milliers de pêcheurs munis de bouteilles rudimentaires ou de compresseurs embarqués dans leurs barques se lancent chaque année à la recherche du crustacé, qui constitue leur principale, voire leur unique source de revenus pour l'année.

Des milliers d'handicapés

La saison commence par l'armement de bateaux de pêche et le recrutement de plongeurs dans la population pauvre de Gracias a Dios, explique le président de l'Association des plongeurs de la Mosquitia, Oswaldo Echeverria. Déjà en 2004, l'Association locale des plongeurs handicapés a demandé à la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) d'intervenir pour que les autorités honduriennes encadrent les conditions de la pêche sous-marine commerciale.

Selon l'association, des patrons obligent même des pêcheurs sous la menace d'un pistolet à plonger jusqu'à 40 mètres sans équipement adapté. Bilan: des milliers de plongeurs estropiés à vie par le «syndrome de décompression». Les statistiques du ministère de la Santé de 2004, les dernières disponibles, comptabilisent 9 000 plongeurs professionnels dans la région de la Mosquitia, dont 4 200 handicapés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 13.07.2019 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et c'est maintenant que vous vous réveillez ! Avant de goûter au luxe regardez l'envers du décor.

Les derniers commentaires

  • Grand Maître le 13.07.2019 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et c'est maintenant que vous vous réveillez ! Avant de goûter au luxe regardez l'envers du décor.