Au Canada

13 août 2019 10:29; Act: 13.08.2019 11:31 Print

Les deux fugitifs se sont suicidés par arme à feu

La police a précisé lundi qu'elle enquête pour déterminer si les deux armes retrouvées sont également liées aux homicides dont sont soupçonnés les deux amis d'enfance.

storybild

Les deux amis d'enfance étaient recherchés depuis plus de deux semaines.

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux jeunes Canadiens traqués pendant plus de deux semaines pour un triple meurtre se sont probablement suicidés par arme à feu, a annoncé lundi la police à la suite des autopsies des corps retrouvés la semaine dernière dans le nord de la province du Manitoba.

«Les deux hommes sont morts des suites de ce qui semble être un suicide par balle», a annoncé la police fédérale dans un communiqué. Elle a précisé enquêter pour déterminer si les deux armes retrouvées à proximité des corps sont également liées aux homicides dont sont soupçonnés les deux amis d'enfance.

«Deux semaines de chasse»

Les autopsies n'ont pas permis de déterminer la date et l'heure exacte de la mort, mais il y a de «bonnes indications» que les deux hommes étaient vivants «pendant quelques jours» après avoir été vus pour la dernière fois fin juillet près de Gillam, dans le nord du Manitoba.

La gendarmerie royale du Manitoba (GRC, police fédérale) avait indiqué avoir retrouvé les deux corps mercredi dernier dans un fourré, à quelques kilomètres de l'endroit où leur véhicule, calciné, avait été découvert. L'identification des deux corps met ainsi fin à une vaste chasse à l'homme qui a tenu le pays en haleine pendant plus de deux semaines.

«Le mobile reste une énigme»

Kam M., 19 ans, et son ami d'enfance Bryer S., qui aurait eu 19 ans en début de semaine dernière selon les médias, sont accusés d'avoir tué mi-juillet un professeur de botanique de 64 ans, Leonard D., qui enseignait en Colombie-Britannique (ouest), a priori sans préméditation et pour une raison inconnue.

Ils avaient ensuite dérobé son véhicule puis parcouru quelque 3000 km avant d'être repérés dans le nord du Manitoba, où se sont concentrées les recherches. La police, lourdement armée et épaulée par des chiens pisteurs, des drones et avions de l'armée munis de caméras thermiques, a ratissé jour et nuit la zone boisée dense et inhospitalière de 11 000 km2 peuplée d'ours, de loups et d'insectes piqueurs dans laquelle les fugitifs s'étaient retranchés.

Les deux adolescents étaient également soupçonnés du meurtre d'un jeune couple: Lucas F., un Australien de 23 ans, et son amie américaine Chynna D., 24 ans. Leurs corps avaient été retrouvés le 15 juillet dans le nord de la Colombie-Britannique, d'où étaient originaires les meurtriers présumés. Le mobile de ce triple homicide reste à ce jour une énigme, mais la police a promis de communiquer les résultats de l'enquête «au cours des prochaines semaines».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.