Ouragan dévastateur

12 septembre 2018 07:27; Act: 12.09.2018 11:54 Print

Les États-​​Unis attendent l'arrivée de Florence

Une partie de l'est américain se prépare à l'arrivée de l'ouragan Florence, potentiellement dévastateur. Au total, 1,7 million de personnes doivent être évacuées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Supermarchés pris d'assaut, fenêtres calfeutrées et longues files de voitures: la population d'une vaste partie de l'est des États-Unis se préparait mardi à l'arrivée de Florence, un ouragan potentiellement dévastateur attendu avec des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes. Les opérations d'évacuation concernent 1,7 million de personnes en Caroline du Sud, en Caroline du Nord et en Virginie. Ces trois États sont les plus menacés par Florence, qui devrait atteindre jeudi les côtes américaines, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Mais l'ouragan, toujours classé mardi en catégorie 4 (sur 5) sur l'échelle de Saffir-Simpson avec des vents atteignant 220 km/h, pourrait sévir jusqu'en Pennsylvanie, a mis en garde l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (Fema). L'armée américaine a annoncé qu'elle se préparait à assister la Fema «pour aider les États se trouvant sur le chemin de Florence».

Une prison évacuée

Dans la station balnéaire de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, de nombreux habitants ont cloué des planches de bois sur leurs fenêtres et calfeutré le pied des portes à l'aide de sacs de sable en prévision des vents violents et des inondations. «Nous n'avons pas eu de tempête de cette ampleur ici depuis les années 1950, ça pourrait être chaotique dans le coin pendant une semaine», s'inquiète Jim Wenning. À Charleston, grande ville touristique de Caroline du Sud où de nombreux restaurants et magasins ont fermé, certains ont ignoré les consignes d'évacuation.

En Virginie, près d'un millier de détenus ont été transférés dans une prison de l'intérieur de l'État. Mais en Caroline du Sud, un millier d'autres vont rester dans leur centre de détention «pour leur sécurité», selon des médias locaux, citant un porte-parole des services pénitentiaire. Les supermarchés ont été pris d'assaut par la population qui faisait le plein d'eau, de nourriture et de produits de première nécessité. L'agence fédérale chargée du contrôle des armes à feu (ATF) a également recommandé aux armuriers de mettre à l'abri leurs stocks d'armes, d'explosifs et de munitions.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Garfield le 12.09.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    Moi ça fait depuis décembre 2012 que je vis avec.

Les derniers commentaires

  • Garfield le 12.09.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    Moi ça fait depuis décembre 2012 que je vis avec.

    • DjoLux le 12.09.2018 16:14 Report dénoncer ce commentaire

      et vous vous êtes disputés? car maintenant Florence, elle n'est pas contente!