Crise au Venezuela

03 juillet 2019 07:12; Act: 03.07.2019 10:57 Print

Les États-​​Unis réaffirment leur soutien à Guaido

Par la voix du secrétaire d'État, Mike Pompeo, les autorités américaines ont de nouveau clamé leur soutien à l'opposition vénézuélienne, qui tente de renverser Maduro.

storybild

Mike Pompeo a évoqué le «soutien inconditionnel» à l'opposition vénézuélienne. (photo: AFP/Sarah Silbiger)

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a réaffirmé mardi le «soutien inconditionnel» de Washington au chef de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido. Le secrétaire d'État américain s'est entretenu par téléphone avec M. Guaido. Reconnu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis, le jeune opposant prévoit une nouvelle manifestation, le vendredi 5 juillet, le jour de la fête nationale vénézuélienne.

Ce rassemblement suivra la mort en détention, le 29 juin, du capitaine de corvette Rafael Acosta Arevalo, arrêté une semaine auparavant pour sa participation présumée à ce que le gouvernement a qualifié de tentative de «coup d'État» déjouée contre Nicolas Maduro. Selon Juan Guaido et les États-Unis, le capitaine Acosta est mort «après avoir été torturé». Deux militaires ont été inculpés et incarcérés pour leur responsabilité présumée dans ce décès qui a provoqué une vague d'indignation.

Crise politique, économique et humanitaire

Mais le chargé d'affaires américain au Venezuela, Jimmy Story, a suggéré à des journalistes que les militaires n'avaient pas agi seuls. «Ont-ils pris la décision seuls? J'en doute grandement, a-t-il dit mardi. Toutes les personnes dans la chaîne de commandement sont responsables de ce qui s'est passé». M. Story a appelé la communauté internationale à faire bloc «pour pousser Maduro à partir».

La mort du capitaine Acosta crispe encore un peu plus les tensions entre l'opposition et le pouvoir, au moment où les pourparlers entre les deux camps pourraient pourtant reprendre. À la crise politique que traverse le Venezuela s'ajoute la pire crise sociale et économique de l'histoire récente du pays. Les pénuries d'essence et de médicaments se multiplient, tandis que les coupures d'électricité sont devenues monnaie courante. Selon les Nations unies, plus de sept millions de Vénézuéliens, soit un quart de la population, ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.