Philippines

14 septembre 2018 08:31; Act: 14.09.2018 11:39 Print

Les habitants fuient avant l'arrivée d'un super typhon

Le typhon Mangkhut est attendu d'ici 24 heures aux Philippines. Des milliers de personnes ont fui leur logement dans les zones côtières. Les autres renforcent leurs maisons.

storybild

De fortes pluies commençaient à s'abattre vendredi sur la pointe nord-est de Luçon.

Sur ce sujet

Les Philippines sont passées vendredi à la vitesse supérieure dans leurs préparatifs pour affronter un super typhon attendu le lendemain et qui sera accompagné de rafales de 255 kilomètres par heure et de pluies diluviennes. Des milliers de personnes ont fui leur logement dans les zones côtières du nord d'un archipel qui est régulièrement affligé par les désastres naturels. Le super typhon Mangkhut est le plus violent typhon attendu aux Philippines, depuis le début de l'année.

Les habitants de Luçon, la principale île des Philippines, où vivent des millions de personnes, barricadaient leurs fenêtres et renforçaient leurs toits pour éviter qu'ils ne soient arrachés par la tempête. «Les pluies vont être fortes et le vent ne sera pas une plaisanterie», a déclaré à l'AFP Michael Conag, porte-parole de la défense civile locale. «On pourrait avoir une houle équivalente à un bâtiment de quatre étages. Des maisons pourraient être détruites, surtout les habitations faites de bric et de broc qui sont les plus fréquentes dans les zones côtières».

De fortes pluies commençaient à s'abattre vendredi sur la pointe nord-est de Luçon, balayée aussi par des vents forts, mais aucun dégâts ni inondation majeurs n'ont été signalés pour le moment. Les paysans de la région, qui produit une partie non négligeable du maïs et du riz de l'archipel, se précipitaient pour ramasser des récoltes qui pourraient se retrouver sous les eaux. Au moins quatre millions de personnes se trouvent sur la trajectoire directe de Mangkhut, qui devrait ensuite se diriger vers le sud de la Chine, y compris le territoire semi-autonome de Hong Kong.

«Trop peur pour rester»

«On a vraiment peur. Ils disent que le typhon est si violent», dit Delaila Pasion, qui a fui sa maison. «On a trop peur pour rester». «Lors des dernières pluies de mousson, la moitié de notre maison a été détruite. Je veux que mes petits-enfants soient en sécurité». Les autorités craignent particulièrement les inondations et les glissements de terrain. Les petits villages pauvres de pêcheurs sont aussi très vulnérables aux vents violents et aux immenses vagues qui déferlent sur les côtes.

L'archipel est frappé chaque année par une vingtaine de typhons qui font des centaines de morts et aggravent la pauvreté de millions de personnes. Haiyan, l'un des typhons les plus violents à avoir jamais touché terre, avait frappé les îles du centre des Philippines en novembre 2013, avec des vents dépassant les 315 km/h. Des vagues géantes, semblables à celles d'un tsunami, avaient tout dévasté sur leur passage. La catastrophe a fait plus de 7 350 morts ou disparus et privé de logement plus de quatre millions d'habitants. L'agence météorologique philippine a indiqué que Mangkhut était à ce stade la tempête tropicale la plus violente de l'année, avec des vents soufflant à 205 km/h et des rafales allant jusqu'à 255 km/h.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • No comment le 14.09.2018 22:03 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien, la saison des ouragans est ouverte ! Pauvres gens, pauvre Terre...

Les derniers commentaires

  • No comment le 14.09.2018 22:03 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien, la saison des ouragans est ouverte ! Pauvres gens, pauvre Terre...