En Inde

27 mars 2020 08:14; Act: 27.03.2020 12:11 Print

Les «héros» contre le coronavirus sont persécutés

En Inde, des soignants, livreurs ou employés de compagnies aériennes, sont attaqués, voire évincés de leur domicile, par une population paranoïaque.

storybild

Des soignants sont notamment pris pour cible.

Sur ce sujet
Une faute?

Autorités et médias les saluent en «héros» de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Mais en Inde, des soignants, livreurs ou employés de compagnies aériennes sont attaqués, voire évincés de leur domicile, par une population paranoïaque. De nombreuses agressions de personnes travaillant dans des secteurs essentiels ont été signalées ces derniers jours dans ce pays d'1,3 milliard d'habitants, entré mercredi pour trois semaines en confinement. Le phénomène a pris une telle ampleur que même les responsables politiques indiens s'en alarment. Le Premier ministre Narendra Modi a évoqué en personne l'«énorme problème» du harcèlement de soignants.

Certains portails de vente en ligne ont cessé leurs livraisons en partie à cause de l'hostilité rencontrée par leurs équipes. Dans au moins un incident, la police est accusée d'avoir frappé un livreur qui acheminait des médicaments. Médecin dans la ville de Surate (Gujarat, ouest), Sanjibani Panigrahi a été accostée à son retour à la maison après une longue journée de travail dans un hôpital traitant des patients contaminés par le coronavirus. Ses voisins l'ont bloquée à l'entrée de son appartement et l'ont menacée de «conséquences» si elle continuait à travailler, raconte-t-elle à l'AFP.

«Intouchable»

«Ce sont les mêmes personnes qui interagissaient joyeusement avec moi. Lorsqu'ils avaient un problème, je les aidais», se lamente la femme de 36 ans. «Les gens ont peur. Je comprends. Mais c'est comme si soudain j'étais devenue une intouchable», témoigne-t-elle. Cette semaine, des docteurs du All India Institute of Medical Sciences de New Delhi, hôpital public le plus renommé du pays, ont sollicité l'aide du gouvernement, suite à l'expulsion de soignants de leur domicile par leur propriétaire ou le syndicat de copropriété. «De nombreux docteurs sont à la rue avec leurs valises, nulle part où aller, à travers le pays», ont-ils écrit dans une lettre ouverte.

Après avoir rencontré des médecins et infirmiers, Narendra Modi a appelé les Indiens à cesser de les traiter comme des parias, qualifiant leur travail de «quasi-divin». «Ce sont actuellement les personnes qui nous sauvent de la mort, qui mettent leur vie en danger», a déclaré le chef de gouvernement. Mais les soignants ne sont pas les seuls à se retrouver ostracisés dans ce climat de suspicion où rumeurs et infox prolifèrent. Des employés de compagnies aériennes ou d'aéroports, mobilisés pour ramener des ressortissants indiens bloqués à l'étranger ou gérer des cargaisons de fret, se retrouvent également comme pestiférés. Deux des plus grandes compagnies aériennes du pays, Air India et Indigo, ont publié des communiqués condamnant les attaques contre leurs équipes.

«Je n'ai pas pu dormir cette nuit-là»

Les voisins d'une hôtesse d'Air India, qui devait aller aux États-Unis, l'ont menacée d'expulsion de son appartement en lui disant qu'elle allait «contaminer tout le monde». «Je n'ai pas pu dormir cette nuit-là», confie à l'AFP cette employée, qui a requis l'anonymat pour éviter d'être davantage stigmatisée. «J'avais peur, si je rentrais à la maison, que quelqu'un ne fracture la porte ou appelle des gens pour m'expulser». Son mari a dû téléphoner au commissariat de police local pour calmer les choses. Mais d'autres n'ont pas eu cette chance, relate cette salariée. Une de ses collègues - qui n'a pas souhaité répondre à l'AFP - a ainsi été évincée de chez elle et a dû retourner vivre chez ses parents. «Avec toutes les infox et les transferts de messages sur WhatsApp, (les gens) ne savent pas ce qu'il se passe, donc s'installe une paranoïa qui les fait se comporter de cette manière», explique l'hôtesse de l'air.

L'Association des pilotes indiens de vols commerciaux a reçu plus de 50 plaintes de la part de membres d'équipages, indique à l'AFP son secrétaire général T. Praveen Keerthi. «Des employés de compagnies aériennes se voient interdire l'entrée à leur propre résidence par des gardes de sécurité», décrit-il. «Nous avons des familles et des enfants que nous laissons à la maison pour aider nos concitoyens», se désole-t-il, «le minimum que nous attendons pour nos collègues est qu'ils ne soient pas harcelés et ostracisés».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tous-ensemble le 27.03.2020 09:26 Report dénoncer ce commentaire

    C'est incroyable à quel point ce pays ségrégationne des gens pourtant identiques (nous sommes tous égaux, non ?) sous des distinctions fallacieuses. Quand ce n'est pas les castes, c'est le covid. Ces gens font un travail formidable, on devrait limite s'écarter du passage pour leur faciliter leur trajet, leur offrir un sourire de motivation/remerciement, etc... Je pensais que le berceau de Gandhi et Buddha serait plus bienveillant que tout ce que j'entends dans la presse depuis des années...

  • corps au navire russe le 27.03.2020 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pas qu'en Inde, en France une infirmière de province venue à Paris pour aider a été rejetée de la même manière. Incroyable. Entre les corona parties, les Tchèques qui volent les masques des Italiens, et donc les Indiens, cette crise met bien en lumière la médiocrité de l'espèce humaine...

  • jesuisfandevous le 27.03.2020 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas qu’en Inde, ici à Luxembourg tous les voisins m’évitent et me rejettent ! Enfin déjà avant cette pandémie je dois avouer, la haine de l’autre de l’étranger est universelle c’est très dur pour moi seule ici alors que ne regarde pas la nationalité lorsque je suis aux urgences

Les derniers commentaires

  • bonsens le 27.03.2020 16:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pitoyable vision du monde

  • chercher d'abord...et sa justice le 27.03.2020 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    Les gens continuent à chercher sur terre la paix hors qu'il suffit de lever les yeux et de le voir dans le ciel.... seul lui sauve mais beaucoup de ne veulent pas y croire et jugent sans connaître.

  • Constat amer le 27.03.2020 13:31 Report dénoncer ce commentaire

    La génération dorée actuelle qui oublie aisément le passé douloureux des grands-parents et les fins de mois difficiles des parents me fait gerber.

  • jesuisfandevous le 27.03.2020 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas qu’en Inde, ici à Luxembourg tous les voisins m’évitent et me rejettent ! Enfin déjà avant cette pandémie je dois avouer, la haine de l’autre de l’étranger est universelle c’est très dur pour moi seule ici alors que ne regarde pas la nationalité lorsque je suis aux urgences

    • toni d. le 27.03.2020 13:20 Report dénoncer ce commentaire

      c'est aussi le cas pour moi, je sors travailler le matin dès que je rentre ma voisine sort de chez elle me crier dessus que je devrais rentrer dormir à l'hôpital et ne pas rentrer chez moi pour peut être contaminer toute la rue voir le village.

    • Aux soignants... le 27.03.2020 14:54 Report dénoncer ce commentaire

      Ces gens qui harcèlent les soignants devraient être dénoncés puis jugés lorsque tout ça sera terminé. ♥♥♥ Courage à vous les soignants ! Avec toute notre reconnaissance et notre Respect. MERCI !!! ♥♥♥

  • Le Belge d'URSS/Russie, une fois le 27.03.2020 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est peut-être aussi les campagnes de désinformation sans influence étrangère connue qui sèment le chaos ??? Je pose la question ...