COP25

04 décembre 2019 08:06; Act: 04.12.2019 08:36 Print

Les humains n'ont jamais produit autant de CO2

Les émissions carbone ont continué à augmenter cette année, bien que les humains aient moins recours au charbon.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les émissions de CO2 d'origine fossile ne connaissent pas de répit: elles ont continué à croître en 2019, malgré la baisse de l'utilisation du charbon, compensée par le recours au pétrole et surtout au gaz naturel, nouvel avertissement lancé mercredi en marge de la COP25, à Madrid.

À l'heure où les États, réunis pour la 25e conférence de l'ONU sur le climat, sont sommés d'agir plus fortement et plus rapidement pour réduire le réchauffement climatique, les émissions de CO2 n'en prennent pas le chemin. Selon le bilan annuel du Global carbon project (GCP), ces émissions devraient progresser de 0,6% en 2019, entraînant «une augmentation des concentrations de CO2 dans l'atmosphère» qui contribuent au dérèglement du climat.

Urgence

«Les politiques actuelles ne sont clairement pas suffisantes pour renverser les tendances des émissions mondiales», a averti la climatologue Corinne Le Quéré, lors d'un point presse. «L'urgence à agir n'a pas encore baissé».

Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle, quand l'accord de Paris de 2015 prévoit de limiter le réchauffement climatique mondial bien en dessous de 2°C, voire à 1,5°C. Pour ne pas dépasser cet ambitieux objectif de 1,5°C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6% par an, chaque année dès l'an prochain et jusqu'à 2030, a calculé le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Pour le seul CO2, un pic des émissions n'est toutefois pas en vue. «Je l'espère dans les cinq prochaines années, mais on ne le voit pas encore», a reconnu Pierre Friedlingstein, de l'Université d'Exeter. Les émissions mondiales de CO2 d'origine fossile (combustibles fossiles, industrie et ciment) sont près de deux-tiers plus élevées en 2019 que par rapport à 1990. Elles ont vu leur croissance ralentir depuis 2010, après la crise économique de 2008, mais elles sont fortement reparties à la hausse en 2017 ( 1,5%) et 2018 ( 2,1%).

En 2019, «la croissance moindre (des émissions de CO2) est due à différents facteurs, dont un ralentissement de la croissance économique, les conditions météorologiques et une baisse substantielle de l'usage du charbon aux États-Unis et en Europe», a détaillé Corinne Le Quéré.

Le Gaz naturel, fausse solution?

L'utilisation de charbon par les États-Unis, deuxième émetteur mondial, et dans l'Union européenne a diminué, jusqu'à 10% pour chacun en 2019, selon un communiqué de presse du GCP. Le charbon reste toutefois une énergie prisée en Chine et le GCP ne voit pas de signaux clairs que ce pays, premier émetteur mondial, soit prêt à s'en passer. Ailleurs, le recul du charbon a été compensé par une plus grande utilisation de pétrole et surtout de gaz naturel.

«Pour la même quantité d'énergie qu'on peut en retirer, le gaz naturel émet moins de CO2 que le charbon», mais si son usage augmente, «cela fait quand même croître les émissions de CO2», a souligné Philippe Ciais, chercheur au LSCE-Institut Pierre Simon Laplace. «On ne peut pas continuer à brûler du gaz naturel jusqu'à la fin du siècle, sinon on ne respectera pas l'accord de Paris», dit-il.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) défend pourtant le gaz naturel comme une énergie de transition et table sur une progression de sa consommation de 10% jusqu'à la fin des années 2020. En Inde, la progression des émissions de CO2 semble avoir été freinée par la faible croissance économique.

Une autre source d'émissions de CO2 est le changement d'affectation des sols, c'est-à-dire quand des forêts, puits à carbone, sont rasées pour laisser par exemple la place à des cultures agricoles. Mais ces émissions, plus difficiles à mesurer, sont «très incertaines, sans tendance claire sur la dernière décennie», selon le GCP.

En France, où le nucléaire assure environ 70% de la production d'électricité, les émissions de CO2 ont reculé de 2,5% en 2018 (dernier chiffre disponible) comparé à 2017.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lucide le 04.12.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    il ne sert à rien d'espérer quoi que ce soit d'écologiquement bon de nos gouvernements

  • Dani le 04.12.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans beaucoup de pays en Europe et pas seulement on doit suivre les nouvelles règles pour ne pas émettre trop de CO2 mais par contre on a d’autres pays qu’ils ont pas du même avis, et donc laissant pousser de plus en plus des nouvelles usines à charbon. Les états devraient taxer lourdement l’achat des produit venant de cettes pays pour éviter leur croissance est obligé les commerçants à acheter en Europe

  • Paroles de Nicolas le 04.12.2019 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    Notre planète devient une étuve, la vie deviendra impossible dans un avenir proche, les ressources naturelles s'épuisent, nous vivons à crédit sur le dos de notre terre depuis août 2018. Et ceci, dans l'indifférence totale, sauf quelques uns.

Les derniers commentaires

  • l'alchimiste le 06.12.2019 13:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les specialistes parlent surtout d'un phénomène cyclique dû a l'activité solaire ... Martin Durkin (institut météorologique danois). d'ailleurs la figure du GIEC nous montre que la température n'a pas changé depuis 20 ans (1994 - 2014) or durant cette période a été envoyé dans l'atmosphère plus de 40% de tout le CO2 émise depuis l'ère du 20eme siècle.

  • réchauffement climatique le 04.12.2019 17:38 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons dix ans pour changer nos comportements avant d'atteindre les 2°C de réchauffement qui marqueront un point de non-retour, avec des conséquence gravissimes pour les générations futures. Or, on peut le voir, le changement ne pourra se produire qu'au niveau individuel : juste un peu de modération sur nos diverses habitudes (déplacements inutiles , habillement superflus, alimentation excessive, objets importés dispensables, etc.) pourrait produire de grands effets. Mais en sommes-nous capables ?

  • Oops le 04.12.2019 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    Zut, j'ai utilisé un vaporisateur et j'ai fabriqué du CO2!

  • massimo le 04.12.2019 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une seule unique solutions règlementé la surpopulation dans ce cas la planète ira mieux

  • totorino le 04.12.2019 15:21 Report dénoncer ce commentaire

    arrêtons d'acheter des produits chinois, US etc etc ... ou arrêtons de consommer tout court mais ça c'est une autre histoire ... c'est pour ça que nous allons tous crever