Aux États-Unis

01 octobre 2020 09:45; Act: 01.10.2020 12:43 Print

Les incendies n'en finissent pas et font une 4e victime

La région viticole de la Napa Valley continue d’être parcourue par les flammes du «Glass Fire», encore loin d’être contenu, dans le nord de la Californie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les incendies en cours dans le nord de la Californie ont fait une quatrième victime, mercredi, tandis que les pompiers tentaient de stabiliser le brasier qui dévaste la prestigieuse région viticole de Napa Valley, où de nombreux domaines ont été durement touchés.

Au moins une douzaine d’exploitations viticoles, souvent huppées, ont été victimes des flammes du «Glass Fire», qui s’est déclaré dimanche, et n’était contenu qu’à 2%, mercredi, après avoir déjà parcouru quelque 20 000 hectares de végétation. Une épaisse fumée planait sur la vallée et une série de bâtiments noircis, pour certains réduits à l’état de ruines, comme les installations du domaine Castello di Amorosa, a constaté un journaliste de l’AFP.

«Nous gardons le moral. Nous avons traversé des moments difficiles récemment avec le coronavirus et d’autres incendies», lance Madeleine Reid, l’une des responsables du domaine, entourée par les vestiges encore fumants de cette copie d’un château médiéval italien, dont les pierres avaient été spécialement importées d’Europe. «Nous espérons seulement que tout va bien se passer pour nos voisins», ajoute la jeune femme.

Des dizaines de milliers d’habitants ont été évacués ces derniers jours à cause de l’incendie, qui touche aussi la vallée voisine de Sonoma. Calistoga, petite ville réputée pour son tourisme viticole, était déserte mercredi, quasiment coupée du monde par les flammes. «Ce n’est pas formidable», déclare son maire, Chris Canning. «Peut-être que le bon côté des choses, c’est que le feu n’est pas à l’intérieur de la ville, mais autour de nous».

«La Californie brûle»

La Californie subit cette année des feux de forêt d’une ampleur exceptionnelle, avec près de 16 000 km² partis en fumée depuis le début de la saison. À environ 300 km au nord de la Napa Valley, un autre incendie, baptisé «Zogg Fire», a fait une quatrième victime: un homme, évacué par hélicoptère dimanche, au tout début du sinistre, et qui a succombé à ses brûlures, a indiqué le shérif du comté de Shasta, Eric Magrini. Au total, 30 personnes ont été tuées par les incendies en Californie, depuis le début de la saison.

La cause des deux incendies, attisés par des vents forts et très secs qui soufflaient dans la région, le week-end dernier, reste encore indéterminée mais les autorités locales, - et les scientifiques en général - soulignent le rôle du changement climatique, qui aggrave une sécheresse chronique et provoque des conditions météorologiques extrêmes dans l’ouest des États-Unis.

Le président Donald Trump, quant à lui, a une fois de plus mis en cause une mauvaise gestion des forêts, notamment la présence d’arbres morts au sol. «Chaque année, on m’appelle pour me dire: "La Californie brûle, la Californie brûle"», mais «si c’était nettoyé, s’il y avait une gestion des forêts, on n’aurait pas ce genre d’appels», a affirmé Donald Trump, mardi soir, lors d’un débat télévisé qui l’opposait à son adversaire à l’élection présidentielle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.