Hong Kong

10 juin 2019 10:41; Act: 10.06.2019 10:46 Print

Les manifestants chassés à coups de matraque

Des milliers de personnes, dans la rue pour protester contre des extraditions, se sont heurtés violemment à la police à Hong Kong.

Sur ce sujet
Une faute?

Des centaines de milliers de personnes ont marché dimanche à Hong Kong contre un projet du gouvernement local d'autoriser des extraditions vers la Chine continentale, l'une des manifestations les plus massives depuis la rétrocession à Pékin en 1997, qui a débouché sur des heurts avec la police.

Dans une chaleur étouffante, les manifestants ont, pendant plus de sept heures, défilé dans les rues étroites de l'île principale pour dire leur hostilité au projet des autorités hongkongaises pro-Pékin. «Non à l'extradition», pouvait-on lire sur des pancartes rouges. Selon ses détracteurs, le projet de loi d'extradition placera la population à la merci d'un système judiciaire chinois opaque et politisé.

Alors que la marche s'était déroulée sans incident, des heurts ont éclaté peu après minuit, a constaté un journaliste de l'AFP. Des manifestants ont jeté des bouteilles et se sont servis de barrières métalliques contre la police qui, avec bâtons et gaz poivre, tentait de chasser un petit groupe cherchant à rester devant la Conseil législatif, le «parlement» local. Au moins un policier a pu être vu avec du sang sur le visage.

Aucun signe de compromis

Un peu plus tôt, au même endroit, un des organisateurs avait affirmé devant la foule immense: «Il y a 1,03 million de personnes à la marche d'aujourd'hui», déclenchant vivats et applaudissements. La police, qui traditionnellement donne des chiffres de participation nettement inférieurs à ceux des organisateurs, a estimé que la marche avait, à son plus fort, rassemblé 240 000 personnes - soit, selon ses chiffres, la deuxième manifestation la plus massive depuis la rétrocession.

La marche était en tout cas comparable à une manifestation de 2003, qui avait vu un demi-million de personnes descendre dans les rues, forçant les autorités à renoncer à une loi controversée sur la sécurité nationale. En 1989, alors que la colonie britannique - et grand centre financier international - n'était pas encore revenue dans le giron chinois, 1,5 million de personnes avaient manifesté en soutien aux protestataires de la place Tiananmen.

«Le gouvernement ne peut pas ignorer ces chiffres», a déclaré à l'AFP Peter Chan, un manifestant de 21 ans. «Si vraiment ils choisissent de ne pas répondre à nos exigences, nous n'écarterons pas d'autres actions». Dans un communiqué publié dimanche soir, le gouvernement a vu dans la manifestation «un exemple de la façon dont les habitants de Hong Kong exercent leur liberté d'expression». Mais il n'a donné aucun signe de compromis, appelant les parlementaires à continuer de discuter du texte.

(L'essentiel/afp)