En Chine

13 août 2020 19:24; Act: 14.08.2020 09:46 Print

Les masseuses aveugles, victimes d'abus sexuels

En Chine, les employées aveugles des salons de massage sont à la merci de clients peu scrupuleux, dans un pays où le harcèlement sexuel est longtemps resté impuni.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans l'omniprésent secteur du massage chinois, il n'est pas rare de faire appel à des malvoyantes, pour leur sens du toucher qui serait exceptionnel. C'est également l'un des rares domaines où l’on embauche des personnes en situation de handicap, dans un pays qui peine à les intégrer.

Lorsque Xiao Jia a perdu la vue à l'adolescence, devenir massothérapeute s'est vite imposé comme le meilleur choix de carrière possible. Mais la jeune femme, aujourd'hui âgée de 28 ans, a vite déchanté, face aux attouchements de clients masculins et à leurs demandes de faveurs sexuelles.

«Il m'a dit que si je n'acceptais pas, il allait démolir la boutique».

«Mon pire moment, c'est lorsqu'un client m'a emmenée dans une pièce à part, a fermé les deux portes et m'a demandé de lui masser une certaine partie», raconte-t-elle. «Il m'a dit que si je n'acceptais pas, il allait démolir la boutique. Il était ivre et disait avoir pris de la drogue. J'ai eu très peur», confie-t-elle.

À en croire des associations de défense des droits de l’homme, 40% des Chinoises ont déjà été victimes de harcèlement sexuel. Mais le poids du système patriarcal et un certain sentiment de honte dissuadent souvent les victimes de porter plainte.

Dans le secteur du massage, le pourcentage est probablement bien plus élevé, estime l'avocate Li Ying, qui juge les femmes aveugles «plus vulnérables» que le reste de la population.

Attouchements et pas de sous-vêtements

Maître Li a été la première avocate à avoir intenté un procès pour harcèlement – et à l'avoir gagné – en vertu d'une loi datant de 2018. Auparavant, il n'existait aucune définition légale du harcèlement sexuel et aucune réglementation sur la manière de traiter ces dossiers dans le cadre professionnel.

Ming Yue, 24 ans, qui témoigne sous pseudonyme, affirme avoir été agressée par des clients et avoir subi des attouchements dans chacun de la dizaine de salons de massages où elle a travaillé.

C'est à 18 ans que la jeune femme a vécu sa première expérience du genre, lorsqu'un client a essayé de toucher ses seins et ses jambes.

«Parler n'aurait rien réglé. Au contraire...»

«Je ne savais pas quoi faire. Je n'avais jamais vécu ça auparavant et personne ne m'avait appris à gérer la situation», raconte Mme Ming, aveugle depuis l'âge de six ans.

Miaomiao, qui témoigne également sous pseudonyme, raconte être tombée adolescente sur des clients qui délibérément ne portaient pas de sous-vêtements pour la «piéger» et l'obliger ainsi à toucher leurs parties génitales.

Aucune des femmes interrogées par l'AFP n'a porté plainte. Par peur. «Je n'ai rien dit à personne. Parler n'aurait rien réglé mais aurait au contraire aggravé les choses», assure Miaomiao.

Manque d'intégration

Pour changer les mentalités, Me Li plaide pour une meilleure protection juridique et davantage d'intégration des handicapés.

Les autorités doivent s'engager à traiter les non-voyants sur un pied d'égalité et à leur fournir «plus de ressources plutôt que de les isoler», estime-t-elle.

Un rapport de l'ONU de 2018 affirme qu'en Chine, près de la moitié des personnes en situation de handicap fréquentent une école spécialisée plutôt que le système scolaire général, chiffre bien supérieur à la moyenne des pays étudiés.

Résultat? «La plupart des gens n'ont jamais eu d'interaction avec une personne souffrant d'un quelconque handicap», souligne Parissara Liewkeat, de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Le regard «doit changer»

La situation se répercute dans le milieu professionnel, où les entreprises «ne savent pas comment s'adapter au personnel handicapé», estime Zhou Haibin, dont l'organisation Easy Inclusion Consulting aide à trouver stages et emplois.

«Si le regard des gens change, les malvoyants auront plus de débouchés. On pourra peut-être devenir prof de maquillage, de yoga, ou faire d'autres choses auparavant impensables pour des aveugles», veut croire Xiao Jia.

«Être handicapé n'est pas une faute ou une tare», sourit la jeune femme, qui possède aujourd'hui son propre salon de massage et conseille des personnes confrontées aux mêmes problèmes qu'elle.

(L'essentiel/AFPE)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vicky le 13.08.2020 20:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et que dire, sur ces réseaux de pédophilies mondiaux, il est temps aussi de s'en occuper rapidement.

  • Prison Rape le 13.08.2020 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    L'homme dans toute sa splendeur...j'espère qu'ils iront en prison et se feront masser par leurs co-détenus !!!

Les derniers commentaires

  • Vicky le 13.08.2020 20:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et que dire, sur ces réseaux de pédophilies mondiaux, il est temps aussi de s'en occuper rapidement.

  • Prison Rape le 13.08.2020 19:31 Report dénoncer ce commentaire

    L'homme dans toute sa splendeur...j'espère qu'ils iront en prison et se feront masser par leurs co-détenus !!!

    • B Leslie le 13.08.2020 22:00 Report dénoncer ce commentaire

      Un problème avec les hommes mademoiselle? Que les coupables aillent en prison, normal. Mais pourquoi généralisez-vous aux hommes une telle attitude? On ne vit pas dans le même monde, ni n'avaons le même respect envers les autres. Dommage, le monde s'en porterait mieux.