Environnement

02 septembre 2018 16:09; Act: 02.09.2018 16:12 Print

Les négociations sur le climat reprennent mardi

Un session intermédiaire de pourparlers s'ouvre en début de semaine prochaine à Bangkok. Objectif: faire en sorte que l'accord de Paris ne reste pas lettre morte.

storybild

Des négociations sur le climat s'étaient déjà déroulées à Bangkok il y a 10 ans.

Sur ce sujet

À trois mois de la COP24 en Pologne, une session intermédiaire de négociations sur le climat s'ouvre mardi à Bangkok pour donner vie à l'accord de Paris au moment où les signes de surchauffe de la planète se multiplient. Les quelque 190 États participants ont jusqu'à la fin de l'année et la 24e Conférence climat de l'ONU en décembre à Katowice pour finaliser les règles de mise en oeuvre du pacte de 2015, qui vise à contenir le réchauffement mondial sous les 2°C, voire 1,5°C, par rapport à l'ère préindustrielle.

L'accord prévoit aussi une aide annuelle de 100 milliards de dollars d'ici à 2020 pour les pays pauvres. «L'accord de Paris était comme une lettre d'intention», explique Michael Oppenheimer, professeur à l'université de Princeton. Si des règles détaillées d'application de l'accord de Paris concernant des points restés en suspens et des contentieux ne sont pas adoptées, ce dernier pourrait tomber à l'eau, avertissent des experts. Les pays réunis en mai à Bonn n'avaient pas réussi à suffisamment avancer dans les négociations, rendant nécessaire cette session de rattrapage. «Si les parties prenantes n'y arrivent pas à Bangkok, une issue satisfaisante à Katowice sera compromise», ont mis en garde les coprésidents des négociations. Comme souvent, le principal point d'achoppement est l'argent.

Paralysie

Les pays en voie de développement privilégient les fonds publics, veulent savoir comment les pays donateurs vont augmenter les aides et s'opposent à tout sous-investissement dans l'adaptation aux impacts du changement climatique. Les pays riches sont eux favorables à davantage de capitaux privés, privilégient des projets rentables et sont réticents à s'engager sur des objectifs concrets et à long-terme. Ces tensions ont conduit à la paralysie cet été du Fonds vert pour le climat de l'ONU, déjà affecté par l'arrêt de la contribution des Etats-Unis décidé par Donald Trump.

Un autre défi de taille attend les négociateurs à Bangkok et Katowice: que les pays augmentent leurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les engagements actuels conduiraient à une hausse de la température moyenne mondiale de plus de 3°C par rapport à l'ère préindustrielle. Le thermomètre a augmenté de 1°C jusqu'à présent. Selon l'accord de Paris, les pays ne doivent pas revoir leurs engagements avant 2023. Mais attendre aussi longtemps pourrait condamner la planète à un emballement des changements climatiques, avertissent des scientifiques dans un rapport spécial de l'ONU obtenu par l'AFP, qui doit être publié en octobre. Le rapport du groupe des experts climat de l'ONU (Giec) «montrera le besoin d'ambitions accrues si nous voulons avoir une civilisation humaine fonctionnelle à l'avenir», indique Wael Hmaidan, du réseau d'ONG Climate Action Network. Les canicules et les gigantesques feux de forêt qu'a connus cet été l'hémisphère nord ne pourrait être qu'un avant-goût de ce qui nous attend.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peine perdue le 02.09.2018 22:01 Report dénoncer ce commentaire

    Et ils iront en avions, comme pour les COP... Une armada d'avions pour sauver le climat.. Du pur foutage tout ça !

Les derniers commentaires

  • Peine perdue le 02.09.2018 22:01 Report dénoncer ce commentaire

    Et ils iront en avions, comme pour les COP... Une armada d'avions pour sauver le climat.. Du pur foutage tout ça !

    • Peine perdue le 03.09.2018 15:36 Report dénoncer ce commentaire

      Tout le monde s'en fout, c'est bien ce que je pensais.