Proche-Orient

19 novembre 2019 14:57; Act: 19.11.2019 15:12 Print

Les Palestiniens amers après la décision US

Le réveil est difficile ce matin pour les Palestiniens, au lendemain de la décision américaine qui reconnaît les colonies israéliennes en Cisjordanie.

storybild

L'administration Trump a décidé lundi de reconnaître les colonies israéliennes en Cisjordanie conformes au droit international, contrairement à l'ONU. (photo: AFP/Jalaa Marey)

Sur ce sujet
Une faute?

Victoire pour Israël, coup de massue pour les Palestiniens: le changement de politique de Washington sur le statut des colonies en Cisjordanie occupée, divise à nouveau les protagonistes d'un conflit sans issue, à court terme. La classe politique israélienne, une grande partie de la presse et les habitants des colonies israéliennes jubilaient encore mardi matin, après l'annonce de l'administration Trump sur les colonies en Territoires palestiniens occupés.

Cette décision «est le reflet d'une vérité historique – que les Juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie (nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée)», a déclaré Benjamin Netanyahu. Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et une partie du plateau du Golan syrien comme israélien, la Maison-Blanche estime désormais que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée «ne sont pas contraires au droit international».

400 000 Israéliens en Cisjordanie occupée

Washington change ainsi non seulement sa politique mais nage à contre-courant de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, comme la 2334, qui considèrent les colonies comme une «violation du droit international humanitaire» mettant «gravement en péril» la solution à deux États. Si la colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, elle s'est accélérée ces dernières années sous l'impulsion de Benjamin Netanyahu et de son allié à Washington, le président Donald Trump.

Aujourd'hui, plus de 400 000 Israéliens habitent en Cisjordanie occupée, territoire morcelé où vivent également 2,7 millions de Palestiniens. «Malgré la joie que cette décision suscite en Israël, cette importante décision est avant tout symbolique et ne sera sans doute pas suivie par le reste de la communauté internationale», écrit mardi le grand quotidien israélien Yediot Aharonot. «Ceci étant dit, cette décision pourrait être comprise par Israël comme un feu vert pour poursuivre l'expansion des colonies et aller de l'avant avec son projet d'annexion», poursuit le quotidien.

Amertume à Ramallah

Les responsables palestiniens ont condamné la décision de l'administration Trump qui attend d'ailleurs la formation d'un nouveau gouvernement en Israël pour dévoiler son projet de paix pour le Moyen-Orient. «Nous avons déjà entamé les pourparlers à l'ONU, afin de présenter un projet de résolution au Conseil de Sécurité. Nous nous attendons à un veto de Washington, mais nous allons néanmoins aller de l'avant», a déclaré mardi le négociateur en chef des Palestiniens, Saëb Erekat.

«Les États-Unis imposeront alors leur veto au droit international», a-t-il souligné lors d'une conférence de presse à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne. «Ils veulent nous voir sur nos genoux...Mais nous allons nous tenir debout». L'annonce de la Maison-Blanche «confirme l'évaluation que se fait la Palestine de l'administration Trump, qui est une menace pour la paix internationale car elle est complice des crimes d'Israël», a commenté Hanane Achraoui, cadre de l'Organisation de libération de la Palestine.

Pour Ofer Zalzberg, analyste à l'International Crisis group, les Palestiniens, les pays arabes et les Européens «perdent la foi» en les États-Unis comme «médiateur» du conflit israélo-palestinien, tandis que les colons se sentent ragaillardis. «L'administration Trump tente de faire voler en éclats le consensus international» sur les colonies, dit-il. «Mais cela ne devrait pas changer la situation outre mesure sur le terrain».

(L'essentiel/afp)