Autopsie d'un fiasco kényan

30 août 2018 19:17; Act: 31.08.2018 11:36 Print

Leur nouveau sanctuaire n'était qu'un piège mortel

Onze rhinocéros ont trouvé la mort après avoir été transférés dans un parc naturel. Les autorités et le WWF, à l'origine du projet, se rejettent la faute.

Sur ce sujet
Une faute?

Le transfert de 11 rhinocéros vers un parc national du sud-est du Kenya ne devait être qu'une formalité. Il s'est transformé en un des plus grands ratés de l'histoire de la protection de la faune sauvage du pays, laissant pantois les défenseurs de l'environnement.

Selon plusieurs témoignages corroborés par des documents consultés par l'AFP, de nombreuses mises en garde ont été émises, ignorées, voire étouffées, sur la salinité bien trop importante du point d'eau prévu pour les 11 animaux, finalement morts en juillet de déshydratation. L'heure est désormais aux accusations mutuelles.

Fin juin, c'est en grande pompe que le ministre kényan du Tourisme et de la Faune sauvage Najib Balala et le Fonds mondial pour la nature (WWF) saluent l'aboutissement d'un projet de six ans: les rhinocéros noirs sont emmenés depuis les parcs de Nairobi et Nakuru (centre) vers un nouveau sanctuaire - un immense enclos de 100 km² - dans le parc de Tsavo Est (sud-est).

Lente déshydratation

Mais après ingestion de l'eau pompée plusieurs mètres sous terre pour eux, les rhinocéros meurent les uns après les autres. Ce projet du Service kényan de la Faune (KWS), financé à hauteur d'un million de dollars par le WWF, se transforme en cauchemar. Selon le docteur Benson Kibore, directeur de l'Association kényane des vétérinaires, et qui a participé à l'autopsie des rhinocéros, cette eau était tellement salée qu'elle avait corrodé une grille en métal proche de la pompe.

L'eau salée a vraisemblablement donné encore plus soif aux rhinocéros, qui en ont donc consommé plus. La lente déshydratation de leur corps s'est notamment traduite par un dessèchement de leurs tissus et un épaississement de leur sang.

Pourtant, une quinzaine de tests aquifères ont été menés entre février et mai. Leurs résultats, consultés par l'AFP en août, indiquent une salinité dangereuse. Selon le Dr Kibore, ces données n'ont même pas été communiquées aux vétérinaires lorsque les premiers rhinocéros sont tombés malades, leur faisant perdre un temps précieux pour trouver l'origine de la maladie.

«Interférences» du WWF

Lorsque le transfert a été confirmé, «j'étais horrifié, j'étais sûr qu'il y aurait un problème», assure de son côté Nehemiah Rotich, un ancien responsable du KWS. Le transfert, imaginé par l'organe exécutif du KWS, avait été refusé à plusieurs reprises par le conseil d'administration du KWS en raison de l'eau et du manque de végétation dans le sanctuaire.

Brian Heath, un ancien membre du conseil, a dénoncé des pressions du WWF pour que le transfert ait lieu. Devant le Parlement, l'ancien président du conseil d'administration du KWS et célèbre paléoanthropologue Richard Leakey a également fustigé des «interférences» du WWF.

Le conseil dont faisaient partie MM. Leakey et Heath a finalement approuvé le transfert en octobre 2017 à la condition que le sanctuaire soit amélioré. Leur mandat a pris fin en avril, et trois mois plus tard, le déplacement des rhinocéros a eu lieu, sans qu'un nouveau conseil (pas encore nommé) ne se soit penché sur la question.

Bras-de-fer

Les actuels responsables du KWS, dont l'exécutif, ont refusé de répondre à l'AFP, notamment à la question de savoir qui a finalement approuvé le transfert. D'autres éléments suggèrent par ailleurs un bras-de-fer sur la question, comme le compte-rendu d'une réunion de mai 2017 portant sur le projet, et à laquelle ont participé des responsables du KWS et Martin Mulama, expert en rhinocéros pour le WWF. Un premier compte-rendu, vu par l'AFP, ne faisait aucune référence à d'éventuelles préoccupations. Plusieurs participants s'en sont plaints et une deuxième version du compte-rendu indique que «l'habitat dominant ne permet pas qu'un transfert ait lieu».

Le WWF nie toute ingérence et M. Mulama estime que la responsabilité du fiasco incombe entièrement au KWS. «A aucun moment nous n'aurions fait quelque chose qui soit défavorable à l'espèce que nous essayions de protéger», soutient-il auprès de l'AFP. Il affirme qu'en dehors des variations météorologiques, le WWF n'était au courant d'aucun problème lié au sanctuaire et avait reçu «des garanties régulières de la part de KWS que le site convenait et était sûr». D'anciens membres du conseil d'administration de KWS accusent M. Balala d'avoir autorisé le transfert en leur absence.

Le ministre refuse lui de porter le chapeau et fustige à son tour le conseil d'administration, soutenant que si ses membres étaient opposés au projet, ils auraient dû voter son annulation tant qu'ils le pouvaient.

«Une époque sombre»

M. Balala assure également que sa présence à la cérémonie de lancement du projet ne peut être interprétée comme le signe d'une implication approfondie: «Est-ce que je savais pour l'eau? Est-ce que je savais que le conseil avait des objections? Je n'étais même pas au courant». «S'ils veulent que je démissionne, qu'ils prouvent le rôle que j'ai joué», a-t-il dit dans un entretien à l'AFP.

Mais pour Paula Kahumbu, directrice de l'ONG Wildlife Direct, le problème actuel va au-delà de la mort des rhinocéros. «Il y a eu des ratés à de multiples niveaux, et le fait que plusieurs autorités refusent d'endosser une quelconque responsabilité est très préoccupant», estime-t-elle.

La construction récente d'un pont ferroviaire à travers le parc national de Nairobi et d'autres infrastructures dans des zones protégées sont pour elle le signe d'une «époque très très sombre pour le Kenya» et sa faune sauvage.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Maeva le 30.08.2018 22:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte à tous ces gens qui n’ont pas d’autres préoccupations que l’argent ! Je me demande où ces millions ont fini ?! Leur terre finira par mourir.... pendant que ces mêmes riches au pouvoir seront/sont confortables dans les pays occidentaux ! A vomir, vraiment ! Quel triste monde...Cela me fait beaucoup de peine pour les générations futures.

  • nico le 30.08.2018 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Put.... mais c est pas vrai il en reste quelques milliers et ils sont pas foutus de s en occuper dignement . Une honte virer mois ces clampins et qu ils rembours

  • Peace & Love le 30.08.2018 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    Et si on laisserait la nature tranquille, au lieu de tout détruire ?

Les derniers commentaires

  • Zen le 31.08.2018 07:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est le début de la fin

  • gigi57 le 30.08.2018 23:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    honte à vous messieurs pour la mort de ses animaux quand au million de dollars il a fait des heureux

  • HRCo le 30.08.2018 22:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est honteux!

  • Maeva le 30.08.2018 22:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honte à tous ces gens qui n’ont pas d’autres préoccupations que l’argent ! Je me demande où ces millions ont fini ?! Leur terre finira par mourir.... pendant que ces mêmes riches au pouvoir seront/sont confortables dans les pays occidentaux ! A vomir, vraiment ! Quel triste monde...Cela me fait beaucoup de peine pour les générations futures.

  • nico le 30.08.2018 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Put.... mais c est pas vrai il en reste quelques milliers et ils sont pas foutus de s en occuper dignement . Une honte virer mois ces clampins et qu ils rembours