Coronavirus

24 février 2020 17:47; Act: 25.02.2020 10:15 Print

Mais qui est donc le «patient zéro» en Italie?

L'Italie cherche à savoir qui est à l'origine des contaminations au nouveau coronavirus sur son sol et tenter de contenir la maladie. Une énigme!

storybild

Qui est à l'origine des contaminations au nouveau coronavirus sur le sol italien? (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Mais qui est donc le patient zéro? Telle est l'énigme que doit résoudre l'Italie pour savoir qui est à l'origine des contaminations au nouveau coronavirus sur son sol et tenter de contenir la maladie qui a déjà touché plus de 200 personnes dans le Nord du pays. En Lombardie, région italienne la plus touchée, tout semblait ramener à un dîner qui s'est tenu fin janvier entre le «patient 1», Mattia, un cadre de 38 ans qui ne révèle que son prénom, hospitalisé en soins intensifs et le probable «patient zéro», un de ses amis manager récemment rentré de Chine.

Mais cette piste a rapidement dû être écartée sur la base des tests effectués sur ce dernier et qui ont montré qu'il n'avait pas développé d'anticorps, et n'avait donc jamais été en contact avec le virus, selon le ministère de la Santé. La chasse à l'origine de l'infection a donc repris en Lombardie (région de Milan) et, à ce stade, il n'est pas à exclure que le patient zéro puisse être une personne déjà hospitalisée. «Il est très important de pouvoir identifier le soi-disant "patient zéro", c'est pourquoi nous avons mis en place un cordon sanitaire très solide. Le trouver est essentiel car cela nous permettra de reconstruire la chaîne de contacts et les éventuelles contagions», a déclaré le chef de la protection civile, Angelo Borrelli.

Huit Chinois au contact d'une victime de 78 ans

Une enquête similaire a été menée près de Padoue, dans la région de Vo' Euganeo, qui est un second foyer d'infection en Italie du Nord. Ici, la piste épidémiologique semblait conduire jusqu'à un groupe de huit Chinois qui fréquentaient le même bar qu'un maçon de 78 ans, décédé vendredi. Mais les tests auxquels ils ont été soumis se sont là encore révélés négatifs. Tout est donc à refaire. Le patron de la région Vénétie Luca Zaia s'est dit «préoccupé» dimanche que le «patient zéro» n'ait pas encore été trouvé, ce qui prouve pour lui que «le virus est bien plus omniprésent que ce qu'on pensait», a-t-il expliqué.

L'impossibilité actuelle de cartographier avec certitude la propagation du virus Covid-19, ainsi que l'évolution de la contagion, représente un obstacle important pour contenir l'épidémie, selon les autorités sanitaires. Une nouvelle piste s'est ouverte lundi et qui pourrait expliquer les contaminations survenues dans les deux foyers d'infection de Lombardie et de Vénétie, régions qui totalisent 194 des 219 cas italiens, selon les médias.

Un agriculteur de 60 ans?

Elle conduit à un agriculteur de 60 ans, originaire d'Albettone, dans la province de Vicenza (Vénétie), et qui a appelé la pharmacie de Vo' Euganeo, à 15 km de là, se plaignant de symptômes de grippe, a raconté lundi à plusieurs médias le maire de Vo' Euganeo, Giuliano Martini. L'homme, qui fréquentait régulièrement les bars de Vo' Euganeo, s'était rendu ces dernières semaines dans certains lieux de la région de Lodi, au sud de Milan et notamment à Codogno, foyer épidémique lombard. Il pourrait donc être le lien entre les deux zones touchées.

«Nous ne savons pas s'il s'agit du patient zéro mais c'est une piste possible à suivre, il est donc juste de faire une vérification», a ajouté M. Martini. L'Agence régionale de la Santé de Milan (Asl), organisme régional public en charge de la politique de santé, a engagé une équipe de mathématiciens, physiciens et médecins pour définir un algorithme. Son but: calculer la probabilité que chaque patient ou l'un de ses proches soit le «patient zéro». L'outil mathématique devrait croiser les données concernant les personnes infectées et leur entourage pour tenter de retracer l'origine de l'infection.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fab57 le 24.02.2020 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce n' est que le début.... malheureusement..

  • Rach1613 le 24.02.2020 23:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La j’ai vraiment l’impression de voir le film ‘Contagion’ de 2011...et comme vous l’exprimer: ce n’est qu’un début...

  • Brutus le 25.02.2020 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a longtemps qu'il est gueri.

Les derniers commentaires

  • hermes le 25.02.2020 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pandemic Netflix la vérité est ailleurs

  • KEKO le 25.02.2020 19:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le patient zéro italien aurait apparemment posté une vidéo où il s excuse d être le patient zéro et où il explique où et comment il l aurait attrapé...

  • slb le 25.02.2020 14:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aucun cas aux USA? Bizarre

  • Brutus le 25.02.2020 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a longtemps qu'il est gueri.

    • Patrizzia le 25.02.2020 15:18 Report dénoncer ce commentaire

      Certainement.

  • TontonB le 25.02.2020 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi tout article concernant ce virus est illustré de militaires armés et pas de docteurs dans un hôpital ?

    • King Julian le 25.02.2020 15:20 Report dénoncer ce commentaire

      Parce que les journalistes et les photographes n'ont plus le droit d'entrer dans les hôpitaux.