Rapport du GIEC

08 août 2019 10:33; Act: 08.08.2019 12:16 Print

Manger moins de viande pour sauver la planète

Le Groupe intergouvernemental d'experts internationaux sur le climat (GIEC) demande des réaménagements alimentaires pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

storybild

Le GIEC recommande de changer de nombreuses habitudes alimentaires pour lutter contre le réchauffement climatique.

Sur ce sujet
Une faute?

Il faudra manger différemment, notamment réduire la viande, pour limiter le réchauffement climatique. La diminution des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, l'énergie et les usines ne suffira pas, conclut le rapport du GIEC présenté jeudi à Genève. Tout scénario pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C d'ici 2100 «demande une atténuation liée aux terres et un changement dans l'utilisation des terres», estiment ces dizaines d'experts internationaux. De la reforestation aux bioénergies, précise leur rapport sur les liens entre utilisation des terres, sécurité alimentaire et changement climatique.

Parmi ses recommandations, le Groupe intergouvernemental d'experts internationaux sur le climat (GIEC) incite à réduire la consommation de viande et les pertes et gâchis de nourriture, estimées de 25 à 30%. Il préconise davantage de graines, fruits, légumes et de nourriture animale durable et responsable de peu d'émissions de gaz à effet de serre. Ces réaménagements alimentaires pourraient contribuer, selon les estimations, à libérer jusqu'à des millions de km2 de terres et, par année, à une atténuation de jusqu'à 8 gigatonnes d'équivalents de CO2 d'ici 2050. Amélioration d'accès aux marchés ou encore émancipation des agricultrices et extension d'accès aux prestations agricoles sont aussi mentionnées.

Doublement de la production de viande

Plus de 70% des terres émergées, selon les spécialistes, sont utilisées au total pour satisfaire le besoin des populations. Depuis 1961, la production d'huiles végétales et de viande par habitant a plus que doublé. Celle des calories a augmenté d'un tiers. Alors que près de 830 millions de personnes sont sous-alimentées, environ 2 milliards sont en surpoids.

L'exploitation humaine des sols rassemble près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre, dont près de la moitié du méthane dégagé. Cette activité est responsable de la dégradation de 25% des terres émergées. Les zones arides ont notamment augmenté de 1% en moyenne entre 1961 et 2013.

Les menaces climatiques dépendront de l'extension de la population et du degré d'augmentation des températures. Celles de nombreux incendies ou d'instabilité alimentaire sont considérées comme «élevées» avec 1,5°C supplémentaire et «très élevées» avec 2 ou 3°C en plus. Autre problème, un scénario d'une population de 9 milliards de personnes d'ici 2100 augmenterait le prix de certaines denrées de plus de 7% dès 2050.

Approuvé par les pays

En fonction des régions, les changements dans les conditions des terres peuvent «augmenter ou diminuer» le réchauffement climatique, conclut le GIEC. Et ce réchauffement étendra de son côté les pluies intenses et les inondations mais aussi la chaleur et les sécheresses. Avec comme effet une instabilité alimentaire. Depuis l'ère préindustrielle, la température des surfaces terrestres a augmenté deux fois plus que la moyenne mondiale, de 1,53 °C contre 0,87 °C. La montée des océans renforce aussi la pression sur les terres.

Le rapport avait été approuvé mercredi par les 195 États membres, après 28 heures de discussion, au terme de plusieurs jours de la 50e session du GIEC. Les pays doivent se réunir en 2020 pour annoncer des politiques pour une neutralité d'émissions de gaz à effet de serre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • KyIDo le 08.08.2019 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    A ceux qui ne veulent pas lâcher leur steak, on ne vous demande pas d'arrêter la viande, juste d'en manger moins ... et si possible produite localement.

  • Aïeux indignes le 08.08.2019 11:39 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon les générations futures paieront cher nos modes de vies passées. Le tout est de savoir si on prend des mesures maintenant pour tenter de limiter les dégâts. Ils nous détesteront pour leur avoir laissé une planète ruinée, polluée et quasi inhabitable.

  • puca 54 le 08.08.2019 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    pour sauver la planète, et aussi pour préserver notre santé

Les derniers commentaires

  • mar le 28.08.2019 21:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mangez moins de viande !!! Pensez aux animaux Aussi.

  • Sandro le 08.08.2019 20:36 Report dénoncer ce commentaire

    D'accord, mais en parallèle alors: Interdire les voyages en avion, en bâteaux, interdire les tours 4G/5G, interdire la production de voitures > 70 chevaux, réduction de la vitesse des voitures/motos, interdiction des limousines des dirigeants politiques et autres

  • TrollRusse le 08.08.2019 20:12 Report dénoncer ce commentaire

    Il en restera plus pour moi et mes compatriotes :)

  • sd57 le 08.08.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comparer au USA la chine ou autres je mets la planete en danger avec mon steack de 300gr...??

    • Gulliver le 08.08.2019 20:36 Report dénoncer ce commentaire

      Ben oui .........

  • realite le 08.08.2019 18:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien ne s arrêtera l argent est prédominant

    • Weters original le 08.08.2019 19:47 Report dénoncer ce commentaire

      1000 % raison... de toutes façons, de nos jours, un article en chasse un autre, dans 1 semaine on en parlera plus.. Les sous.. les sous... les sous.. c’est tout ce qui compte (malheureusement)