Philippines

05 septembre 2018 11:02; Act: 05.09.2018 12:24 Print

Meurtre d'un maire sur la «narco-​​liste» de Duterte

Un maire dont le nom figurait sur une liste d'élus accusés par le président d'être mêlés au trafic de drogue, a été abattu dans son bureau, mercredi.

storybild

Au moins 4 410 trafiquants et toxicomanes présumés ont été tués par la police sous l'ère Duterte.

Sur ce sujet

L'assassinat de Mariano Blanco, premier magistrat de la ville méridionale de Ronda, est le dernier en date d'une série de meurtres d'élus, soupçonnés pour certains de jouer un rôle dans le trafic de stupéfiants. La vie politique aux Philippines est traditionnellement émaillée de violences, parfois de meurtres, mais les organisations de défense des droits de l'homme estiment que la situation a été aggravée par la campagne meurtrière contre la drogue menée par le président Rodrigo Duterte.

La victime de 59 ans a été tuée par des inconnus après minuit alors qu'il se trouvait dans son bureau, a dit à l'AFP le chef de la police locale, l'inspecteur Jayr Palcon. «Des témoins ont raconté que quatre personnes armées sont descendues d'une camionnette blanche et sont entrées dans la mairie. Le maire était là et dormait dans son bureau», a dit le policier. D'après l'inspecteur Palcon, le nom de Mariano Blanco figurait sur la liste dressée par le président Duterte d'élus soupçonnés d'être des consommateurs, des dealers ou de protéger le trafic. Ces informations ont été confirmées par l'Agence philippine de lutte contre les stupéfiants (DEA).

4 410 morts

M. Blanco a été abattu près d'un an après que la Commission policière nationale lui a retiré ses pouvoirs sur la police locale car il était soupçonné «de mener des activités illégales en rapport avec le trafic de drogue», a dit un porte-parole de la DEA. Ce meurtre porte à au moins six le nombre de maires ou de maires adjoints tués depuis le mois de mai dans l'archipel. En juillet, Antonio Halili, premier magistrat de Tanuan, au sud de Manille, avait été abattu par un sniper en pleine cérémonie à la mairie.

Depuis l'arrivée au pouvoir de M. Duterte, fin juin 2016, la police déclare avoir tué 4 410 trafiquants et toxicomanes présumés. Les ONG disent qu'il faut tripler ce chiffre et évoquent un possible crime contre l'humanité. Ils accusent la police et des milices d'abattre les gens sans même avoir de preuve sur leur participation éventuelle au commerce de la drogue. En février, le neveu de M. Blanco et maire adjoint de Ronda, un avocat, avait également été abattu par des inconnus au sortir d'une audience où il défendait un client soupçonné d'être un baron de la drogue.

(L'essentiel/nxp/afp)