Climat malsain

05 août 2020 20:19; Act: 06.08.2020 09:57 Print

Michelle Obama dit traverser une «légère dépression»

L'année a été difficile, à cause du confinement et des émeutes raciales, a expliqué mercredi l'ancienne première dame des États-Unis.

storybild

Les Obama sont restés vivre à Washington après les deux mandats présidentiels. (photo: AFP/Mohd Rasfan)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-première dame des États-Unis Michelle Obama a affirmé souffrir d'une «légère dépression» en raison du confinement et des luttes raciales dans son pays. L'épouse de l'ancien président Barack Obama a tenu ces propos dans le dernier épisode en date de son podcast, diffusé mercredi sur Spotify. «Je me réveille en pleine nuit parce que quelque chose me préoccupe, ou parce que je ressens un poids, y explique-t-elle. J'essaie de faire du sport, mais il y a eu des périodes pendant cette quarantaine où je n'avais juste pas le moral».

Mme Obama, 56 ans, dit aussi passer «par ces hauts et ces bas émotionnels que tout le monde ressent». Des moments «pendant lesquels on ne se reconnaît pas». «Ce n'est pas une époque pendant laquelle on s'épanouit, spirituellement. Je sais que je passe par une forme de dépression légère». Avant de préciser les raisons de son mal-être. «Pas seulement à cause de la quarantaine, mais aussi à cause des luttes raciales. Et voir cette administration, voir son hypocrisie, jour après jour, c'est démoralisant».

Michelle et Barack Obama, le premier président noir des États-Unis, sont restés à Washington après leur départ de la Maison-Blanche en janvier 2017. L'ancienne Première dame a aussi dit dans son podcast qu'il était «épuisant» de se «réveiller et de voir encore une nouvelle histoire sur un homme noir ou une personne noire étant déshumanisé, blessé, tué ou faussement accusé de quelque chose». «Nous sommes à un moment unique de notre histoire. Nous traversons quelque chose que personne de notre vivant n'a vécu», analyse-t-elle.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Blanc-Noir le 05.08.2020 20:51 Report dénoncer ce commentaire

    Avec tous ses millions elle n'est pas à plaindre la pauvre.

  • lea le 05.08.2020 23:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme des milliers de personnes à travers le monde

  • Tout Estbon le 05.08.2020 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    ça fera de la pub pour les ventes de son bouquin

Les derniers commentaires

  • Samedi le 06.08.2020 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Croyez moi si vous avez des dépressions que vous êtes triste tous les jours mêmes des millions ne vont pas vous aider !!!!!

    • Donnez le 06.08.2020 19:22 Report dénoncer ce commentaire

      Si ça n'aide pas donnez alors. Je peux vous donner mon iban.

  • Martine le 06.08.2020 13:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Franchement aucun intérêt.

  • TopsyKrett le 06.08.2020 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous imaginez si elle avait des fin de mois difficile! Que ferait-elle?

    • Tiro le 06.08.2020 12:58 Report dénoncer ce commentaire

      C’est difficile , plus de coiffeur et de shopping journalier. Les gueux ne savent pas ce que c’est de ne pas pourvoir utiliser son jet à son bon vouloir.

  • red taz on le 06.08.2020 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tous a fait d'accord.

  • lea le 05.08.2020 23:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme des milliers de personnes à travers le monde