Décès au Zimbabwe

08 septembre 2019 16:54; Act: 08.09.2019 17:02 Print

Mugabe sera enterré dimanche prochain

L'ancien président du Zimbabwe, décédé vendredi, sera inhumé dans une semaine, dans un lieu encore à déterminé, a indiqué dimanche la présidence.

storybild

Robert Mugabe a dirigé le Zimbabwe d'une main de fer. (photo: AFP/Odd Andersen)

Sur ce sujet
Une faute?

Les funérailles officielles et l'enterrement de l'ancien président Robert Mugabe, héros de l'indépendance du Zimbabwe avant d'en devenir le dictateur absolu, auront lieu à la fin de la semaine prochaine dans son pays, a annoncé dimanche la présidence. Écarté du pouvoir fin 2017, Robert Mugabe s'est éteint vendredi à l'âge de 95 ans «entouré de sa famille» dans un hôpital de Singapour, où il avait été hospitalisé dans la semaine. «Sa dépouille est attendue mercredi après-midi au Zimbabwe. Les funérailles officielles sont prévues samedi, son enterrement aura lieu dimanche prochain», a indiqué le porte-parole de la présidence, George Charamba.

À la tête du Zimbabwe depuis 1980, le «camarade Bob», ainsi que le désignaient les membres de son parti, a été poussé à la démission en novembre 2017 par un coup de force de l'armée, qui a installé son ancien vice-président, Emmerson Mnangagwa, dans son fauteuil. Salué comme l'icône de la lutte pour l'indépendance de l'ex-colonie britannique, Robert Mugabe incarne aussi l'image d'un despote qui a régné d'une main de fer sur son pays et l'a précipité dans une crise économique terrible dont il n'est toujours pas sorti.

Depuis sa disparition, les discussions sur l'organisation de ses funérailles allaient bon train entre sa famille et le gouvernement. Dès vendredi, le chef de l'État a décrété un deuil officiel et décerné le statut de «héros national», qui lui offre une place dans le «Champ des héros de la Nation», en lisière de la capitale, Harare. Ce monument, où s'élèvent trois statues de soldats en bronze offerte par la Corée du Nord, accueille traditionnellement les sépultures des anciens combattants de la «guerre de libération». Le porte-parole de la présidence a toutefois laissé entendre dimanche que Robert Mugabe pourrait être inhumé ailleurs. Le lieu «sera déterminé par la famille», a précisé dimanche M. Charamba.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.