Nouvel appel

02 décembre 2021 07:17; Act: 02.12.2021 10:33 Print

«Ne tombez pas dans ce piège de Facebook»

La lanceuse d'alerte Frances Haugen a exhorté les parlementaires américains à agir vite, pour contraindre Facebook à changer ses pratiques et contrôler ses dérives.

storybild

Mercredi, devant la sous-commission de la Chambre des représentants à la technologie et aux communications, Frances Haugen a demandé aux élus de réformer promptement le cadre légal des réseaux sociaux. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La lanceuse d'alerte Frances Haugen a exhorté mercredi les parlementaires américains à agir vite, pour contraindre Facebook à changer ses pratiques et contrôler ses dérives. Depuis qu'elle s'est dévoilée publiquement, début octobre, l'ancienne salariée du réseau social a témoigné devant les parlementaires de plusieurs pays, aux États-Unis mais aussi au Royaume-Uni et en France, ainsi qu'au Parlement européen. Cette ingénieure qui a quitté Facebook en mai a, à chaque fois, dépeint son ancien employeur comme un groupe dépassé par sa propre influence mais aussi réticent à modifier algorithmes et recommandations si cela risquait de réduire la fréquentation du réseau social.

Mercredi, devant la sous-commission de la Chambre des représentants à la technologie et aux communications, Frances Haugen a demandé aux élus de réformer promptement le cadre légal des réseaux sociaux. «Vous avez une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération de créer de nouvelles règles pour notre monde en ligne», a-t-elle expliqué. «Facebook veut vous voir empêtré dans un débat trop long sur les détails des différentes approches législatives. S'il vous plaît, ne tombez pas dans ce piège. Le temps compte».

L'audition de Frances Haugen intervenait dans le cadre d'une possible réforme de la section 230, un texte de loi qui écarte la responsabilité des sites Internet concernant les contenus publiés par des tiers sur ces plateformes. Plusieurs propositions de loi ont été déposées pour réformer ces dispositions, mais s'ils s'accordent sur la nécessité du changement, démocrates et républicains ne sont pas alignés sur les modalités. Les premiers souhaitent, globalement, forcer les opérateurs de sites à mieux contrôler les contenus tandis que les républicains veulent garantir la liberté d'expression et limiter les interventions de la plateforme.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • anonyme le 02.12.2021 10:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    personnellement je n'ai plus Facebook depuis presque 1 an et ça ne me manque pas du tout....c'est une vie virtuelle sur Facebook je préfère un partage réel et c'est triste que certains ce servent de Facebook pour divulguer toutes leurs vies privées """"

  • paulo le 02.12.2021 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    les GAFAMs marche main dans la main avec les états. Ce sont des outils idéals pour créer de la pensée unique. Tout en lobotomisant notre jeunesse. Les états donnent parfois des amendes ridicules pour faire de la communication. Lorsque que l'on voit que la taxation par exemple de Google a été annulé en France et que Google/FB ou IG sert à présent à renseigner le FISC. Vous comprenez bien que ceci est encore de l'enfumage. Contraindre et taxer les GAFAM, non. Mais vous contraindre et vous taxer, oui.

  • joo le 02.12.2021 09:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Déjà j’ai jamais ouvert un compte Facebook. On passe déjà trop de temps sur les portables et on pert toutes réalité de la vie.

Les derniers commentaires

  • Lucky D le 04.12.2021 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    You can face the book so much as you like until the day the book will face you (ME)

  • vdv le 02.12.2021 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est de l’arnaque FB, ce vous contestez on vous bloque, elle est courageuse cette femme. Bravo

  • Pourriture de troll russe le 02.12.2021 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    Elle a raison, Facebook était déjà un piège !!!

  • HypoC le 02.12.2021 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    «Ne tombez pas dans ce piège de Facebook» titre notre journal. Mais il incite à y être, et fait même des concours exclusifs où il faut un FB, usw... Voyez la puissance du phénomène "réseaux sociaux". On est pas sorti de l'auberge mes amis...

  • realite le 02.12.2021 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @jeannot c’est vrai que la vérité se trouve dans les médias de masse , aucun mensonge , transparence , personne ne se pose de questions tellement les décisions coulent de source ! En attendant on a oublié d aimer la vie et on préfère avoir peur de la mort ! Grâce à qui ?