Aux Philippines

04 décembre 2021 09:55; Act: 04.12.2021 12:59 Print

Non-​​lieu pour un naufrage qui avait fait 800 morts

Le ferry Princess of the Stars avait chaviré en juin 2008 après avoir heurté un récif, alors que sévissait un typhon.

storybild

Lors d’une manifestation devant les bureaux de Sulpicio Lines, à Manille, le 2 juillet 2008. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un tribunal philippin a accordé un non-lieu au responsable d’une compagnie de navigation poursuivi pour un naufrage qui avait fait environ 800 morts en 2008, a-t-on appris samedi auprès de l’avocate des victimes, qui a fait appel. Le ferry Princess of the Stars avait chaviré en juin 2008 après avoir heurté un récif près de l’île de Sibuyan, dans le centre des Philippines, alors que sévissait un typhon. Seuls une cinquantaine des quelque 850 passagers et membres d’équipage avaient survécu.

Edgar Go, à l’époque vice-président et responsable de la gestion de crises chez Sulpicio Lines, l’opérateur du ferry, était poursuivi pour «homicides par imprudence téméraire». Le procureur lui reprochait d’avoir permis au navire de prendre la mer malgré les avis de tempête émis par les services météorologiques. Le capitaine du navire, Florencio Marimon, a également été inculpé dans cette affaire, même s’il a disparu pendant le naufrage et est présumé mort.

Plus de 7 000 îles reliées entre elles par des ferrys

Dans une décision rendue le 18 novembre, consultée par l’AFP, un tribunal de Manille a répondu favorablement à une demande de non-lieu présentée par Edgar Go pour absence de preuves. Le parquet a fait appel. «Il apparaît que plus personne n’est responsable» de la tragédie, a regretté auprès de l’AFP l’avocate Persida Acosta, cheffe de l’organisme public chargé de défendre les indigents devant les tribunaux philippins, qui représente les familles des victimes. «C’est douloureux pour nous», a-t-elle ajouté, en annonçant qu’elle ferait également appel lundi. Selon elle, les familles se sont vues allouer 440 millions de pesos (7,7 millions d’euros) de dommages et intérêts au civil, mais cette somme reste impayée, la compagnie maritime ayant fait appel.

Les naufrages sont fréquents aux Philippines, un archipel de plus de 7 000 îles reliées entre elles par des ferrys souvent vétustes et surchargés. Sulpicio Lines, qui s’est depuis rebaptisée Philippine Span Asia Carrier, a été impliquée dans plusieurs catastrophes maritimes au cours des dernières décennies. En 1987, son ferry Doña Paz était entré en collision avec un pétrolier, faisant plus de 4300 morts, le naufrage le plus meurtrier de l’histoire maritime mondiale en temps de paix.

Sollicitée par l’AFP, la compagnie maritime a indiqué samedi que personne n’était disponible pour commenter cette affaire.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.