Françaises en Syrie

22 janvier 2020 22:07; Act: 23.01.2020 09:34 Print

«Notre aventure n'était pas top, on veut rentrer»

L'AFP a rencontré des Françaises qui avaient rejoint le groupe État islamique et sont désormais détenues dans un camp. Témoignages.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans le nord-est de la Syrie, au milieu du désert, le camp d'Al-Hol est surpeuplé de familles liées au groupe État islamique. L'AFP y a rencontré une Française qui supplie le gouvernement de pouvoir rentrer au pays avec ses enfants. «On souhaiterait que le gouvernement français nous laisse une chance de nous racheter. On aimerait bien qu'il nous rapatrie. Je sais qu'il y en a énormément ici qui veulent rentrer, et il y a une autre moitié qui ne veut pas. Mais après, ça, c'est leur problème», affirme ainsi la trentenaire.

«Plus difficile ici que quand j'étais en France»

Comme beaucoup, elle pensait en arrivant en Syrie pouvoir vivre un islam normal, porter le niqab librement. «Mais en fait, je me suis rendue compte que c'était encore plus difficile ici que quand j'étais en France», poursuit la jeune femme.

Mais deux autres femmes, elles aussi venues de France, sont plus dubitatives sur la perspective d'un rapatriement. L'une d'elles dit même craindre d'être séparée de son enfant. «S'il y a un rapatriement, on aimerait bien qu'on ne soit pas séparées des enfants et qu'on reste ensemble, insiste Nour, 23 ans. Si c'est pour nous séparer, franchement, je ne vois pas l'intérêt de nous rapatrier. S'ils nous laissent nos enfants, et qu'on écope d'une petite peine, et puis après qu'on peut refaire notre vie normale, oui. Mais si c'est pour prendre dix ans de prison, que mes enfants soient placé à la DDASS (NDLR: les services sociaux), et que je ne sais pas où ils sont, non. On a fait une aventure, c'était pas top, on veut revenir, c'est tout, conclut-elle».

(L'essentiel/utes/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • On n'en veut pas le 23.01.2020 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'était pas une aventure, mais la guerre, des assassinats, de l'esclavage, qu'elles restent là-bas

  • myriam le 23.01.2020 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    a' ciao bonsoir. Assumez la trahison.

  • Le simple avis d'un français musulman le 23.01.2020 22:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ces femmes ont rejetées la France et ses valeurs, ont été le soutient logistique, moral et financier de terroristes et ont données naissances à leurs enfants, la différence entre un combattant de l'armée kurde et un terroriste sérieusement on en est à ce niveau de mauvaise foi ? Alors faisons comme si de rien était : Le soldat contrairement au terroriste combat uniquement des combattants, le terroriste quand à lui tue et pratique des actes de barbarie sur des populations civiles et innocentes, elle est là la différence et ne pas la reconnaître fait déjà d'elles des criminelles par apologie.

Les derniers commentaires

  • Boris Slavic le 24.01.2020 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    A ce que je vois, l'aventure c'est bien mais ca ne vaut pas les allocations a vie ...

  • paul bismuth le 24.01.2020 01:56 Report dénoncer ce commentaire

    dites donc les commentateurs précédent : elles ont connue les privations de libertés , le machisme, les soumission en tout genre, elle n'ont plus qu'une envie, vivre en femme émancipée, et revenir vivre dans un état de droit. ça vous pose problème? Au final c'est qui les rétrograde ? a ce stade qui applique la loi du talion ? à priori c'est vous ... au final vous ne valez pas mieux que les terroriste que vous dénoncer...

    • lili le 24.01.2020 13:51 Report dénoncer ce commentaire

      Je pense que tu as mal lu l'article... " Comme beaucoup, elle pensait en arrivant en Syrie pouvoir vivre un islam normal, porter le niqab librement" J'appel pas ca de l'emancipation mdr. Dans la vie faut prendre ses responsabilite quand on fait un mauvais choix.

  • Le simple avis d'un français musulman le 23.01.2020 22:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ces femmes ont rejetées la France et ses valeurs, ont été le soutient logistique, moral et financier de terroristes et ont données naissances à leurs enfants, la différence entre un combattant de l'armée kurde et un terroriste sérieusement on en est à ce niveau de mauvaise foi ? Alors faisons comme si de rien était : Le soldat contrairement au terroriste combat uniquement des combattants, le terroriste quand à lui tue et pratique des actes de barbarie sur des populations civiles et innocentes, elle est là la différence et ne pas la reconnaître fait déjà d'elles des criminelles par apologie.

  • Erman Pierrette le 23.01.2020 17:05 Report dénoncer ce commentaire

    elles ont brûlé leurs papiers, ont renié leur patrie et ont choisi "leur camp" Bah, bonnes vacances.

  • Patriote le 23.01.2020 16:20 Report dénoncer ce commentaire

    A ma connaissance l'Inde ou les Kurdes n'ont pas envoyé des terroristes tirer sur des Français dans les rues de Paris un certains 15 novembre 2015... Hommage à nos morts et nos héros. Que ces traîtres paient pour ce qu'ils ont fait !

    • Pipou des Vosges le 24.01.2020 09:52 Report dénoncer ce commentaire

      13 novembre