Brésil

25 juin 2019 09:43; Act: 25.06.2019 11:18 Print

Nouveau rebondissement dans le dossier Lula

L'examen d'une demande de libération de l'ancien président a été reporté sine die par la Cour suprême brésilienne.

storybild

La Cour suprême brésilienne a reporté sine die l'audience prévue mardi pour l'examen d'une demande de remise en liberté. (photo: AFP/Isabella Lanave)

Sur ce sujet
Une faute?

La Cour suprême brésilienne a reporté sine die l'audience prévue mardi pour l'examen d'une demande de remise en liberté de l'ex-président de gauche Luiz Inácio Lula da Silva, emprisonné pour corruption. La juge Carmen Lucia, présidente de la deuxième cour du Tribunal suprême fédéral (STF), a retiré le recours de l'ordre du jour. Il ne devrait pas être réexaminé avant le mois d'août. L'audience était particulièrement attendue par les partisans de Lula après les révélations sur de possibles contacts entre le juge anticorruption Sergio Moro, désormais ministre de la Justice, et les représentants du parquet lors de l'enquête «Lavage express» qui a conduit l'ex-chef d'État en prison.

En 2017, Lula (président de 2003 à 2010) a été condamné par le juge Moro à 9 ans et demi de prison pour corruption passive et blanchiment d'argent, une peine réduite par la suite à 8 ans et dix mois. Incarcéré depuis avril 2018, l'ex-chef de l'État de 73 ans clame son innocence et dénonce une conspiration destinée à l'empêcher de se représenter à l'élection présidentielle qui a vu la victoire du candidat d'extrême droite, Jair Bolsonaro, face à son dauphin, Fernando Haddad.

Condamnation «injuste et illégale»

Le recours, qui remet en cause l'impartialité de Sergio Moro en raison de sa présence ultérieure au gouvernement, avait été déposé bien avant les révélations du site d'investigation The Intercept Brasil qui a publié une série d'échanges entre le juge et les procureurs.

Dans une tribune publiée lundi dans le quotidien français Le Monde, une dizaine de magistrats et avocats internationaux, dont l'Espagnol Baltasar Garzon, ont appelé les autorités brésiliennes à annuler cette condamnation «injuste et illégale».

«Non seulement Sergio Moro a conduit les procédures en toute partialité, mais c'est en réalité lui qui a dirigé l'accusation, au mépris des règles les plus fondamentales de la procédure au Brésil», écrivent les signataires.

Interrogé le 19 juin par la Commission de la Constitution et de la Justice du Sénat, l'ex-juge anti-corruption a qualifié de «sensationnalistes» et animés d«'un esprit de revanche» les auteurs de ces révélations. Il a également rejeté «toute espèce de dérapage éthique».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.