Gym aux États-Unis

17 août 2018 07:34; Act: 17.08.2018 10:15 Print

Nouvelles accusations contre le docteur Nassar

Deux championnes olympiques ont révélé jeudi qu'elles font partie des jeunes athlètes agressées sexuellement par l'ancien médecin de l'équipe des États-Unis, Larry Nassar.

storybild

Larry Nassar a été condamné en janvier à de très lourdes peines de prison.

Sur ce sujet
Une faute?

Kyla Ross, médaille d'or aux Jeux olympiques de 2012, et Madison Kocian, médaille d'or à ceux de 2016, se sont confiées dans l'émission «CBS This Morning» et sur plusieurs autres médias américains. Elles ont expliqué qu'elles ne s'étaient pas jointes aux plus de 150 victimes qui ont affronté le Dr Nassar à son procès en janvier parce qu'elles ne se sentaient pas encore prêtes à parler. Les deux gymnastes ont posté des déclarations sur leurs comptes Twitter, déclarant qu'elles étaient fières et honorées de se joindre aux victimes qui ont décidé de se faire entendre, en demandant du changement à la fédération nationale de gymnastique, USA Gymnastics, et au Comité olympique des États-Unis.

«Je suis honorée de rejoindre cette armée invincible», a déclaré Kyla Ross, qui a remporté la médaille d'or en équipe aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Elle a raconté à CBS qu'elle avait longtemps été «dans le déni» de ce qu'elle avait vécu. «À 13 ans, je pensais que c'était une forme légitime de traitement. Au fur et à mesure que les années ont passé, après avoir entendu l'impact qu'ont eu les dépositions, vous réalisez quel horrible événement est arrivé», a-t-elle déclaré.

Au moins 265 victimes

L'affaire Nassar, la plus grave de l'histoire du sport aux États-Unis, a débouché au début de l'année sur de très lourdes peines de prison pour l'ancien médecin de l'équipe de gymnastique, condamné pour avoir agressé durant deux décennies au moins 265 victimes, dont près de 160 gymnastes sous couvert de traitements médicaux. Kyla Ross a expliqué que son ancienne coéquipière, Jordyn Wieber, aujourd'hui entraîneur assistant à l'Université de Californie de Los Angeles, où Kyla Ross et Madison Kocian s'exercent toutes les deux, l'a aidée à «avoir plus confiance en moi, et à réaliser que j'étais une victime».

«Mais nous ne voulons pas être vues comme des victimes, a-t-elle déclaré. C'est quelque chose que nous devons traverser. Aujourd'hui, nous essayons seulement de trouver notre voie et de l'aide». Maintenant que Kyla Ross s'est manifestée, ce sont toutes les membres de l'équipe américaine de gymnastique de 2012 - Kyla Ross, Jordyn Wieber, Aly Raisman, Gabby Douglas et MacKayla Maroney - surnommées les «Cinq Féroces», qui ont déclaré avoir été agressées par le Dr Nassar.

En se manifestant également, Madison Kocian a rejoint ses coéquipières Gabby Douglas, Aly Raisman et Simone Biles - toutes les membres de l'équipe sauf une. Dans un communiqué, USA Gymnastics, qui organise le championnat national cette semaine à Boston, s'est dite «abattue et désolée que Kyla Ross, Madison Kocian ou n'importe quelle autre de nos athlètes aient été blessées par les terribles agissements de Larry Nassar».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.