Venezuela

06 août 2019 08:37; Act: 06.08.2019 09:11 Print

Nouvelles sanctions US contre le Venezuela

Donald Trump a ordonné lundi soir le gel des biens du gouvernement vénézuélien aux États-Unis.

storybild

Nicolas Maduro et son équipe le 4 août 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président Donald Trump a ordonné un gel total des biens aux États-Unis du gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro, a fait savoir lundi la Maison-Blanche, accentuant ainsi la pression sur le dirigeant socialiste que Washington souhaite voir quitter le pouvoir. «J'ai déterminé qu'il était nécessaire de bloquer les propriétés du gouvernement du Venezuela en raison de la poursuite de l'usurpation du pouvoir par le régime illégitime de Nicolas Maduro», a déclaré Donald Trump dans une lettre envoyée par la Maison-Blanche à la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Ces biens «ne peuvent pas être transférés, payés, exportés, retirés ou manipulés», précise le décret présidentiel publié par la Maison-Blanche. Toute transaction avec les autorités vénézuéliennes est également interdite. Selon les informations du Wall Street Journal, il s'agit là des premières mesures d'un embargo économique total décrété par Washington contre Caracas. Cela mettrait le Venezuela au même niveau que des pays comme la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie et Cuba.

Un ministre sur la liste des fugitifs

Donald Trump lui-même avait envisagé cette possibilité la semaine dernière devant la presse. «Envisagez-vous un embargo ou un isolement du Venezuela compte tenu du niveau d'implication de la Russie, de la Chine et de l'Iran?», lui a demandé jeudi un journaliste dans les jardins de la Maison-Blanche. «Oui, je l'envisage», a répondu le président républicain, sans donner davantage de détails.

Également la semaine dernière, la police de l'immigration américaine a ajouté le ministre vénézuélien de l'Industrie Tareck El Aissami, suspecté de trafic de drogue, sur sa liste des fugitifs les plus recherchés. Les États-Unis, suivis par une cinquantaine de pays, ont été les premiers en début d'année à reconnaître comme président par intérim le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido. Washington a imposé en avril un embargo pétrolier au Venezuela pour accentuer la pression sur Nicolas Maduro et le contraindre à quitter le pouvoir.

(L'essentiel/nxp/afp)