Primaire aux États-Unis

28 février 2020 08:27; Act: 28.02.2020 09:51 Print

Obama est muet face à l'ascension de Sanders

L'ancien président s'en tient strictement à son silence malgré ses avertissements, en coulisses, contre le coup de barre à gauche promis par le favori Bernie Sanders.

storybild

«La plupart des démocrates initiés sont convaincus qu'il n'y a qu'une façon d'arrêter, ou du moins de freiner, Sanders»: que Barack et Michelle Obama «se rallient derrière un autre candidat». (photo: AFP/jim Watson)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour un grand absent, Barack Obama pourrait difficilement être plus présent dans l'âpre bataille que se livrent les candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle. Cité des dizaines de fois lors des débats, mis en vedette (non consentante) dans des spots de campagne, lui s'en tient strictement à son silence malgré ses avertissements, en coulisses, contre le coup de barre à gauche promis par le favori, Bernie Sanders.

«L'establishment panique» ou «Présenter Bernie Sanders contre Trump serait un acte de folie»: les gros titres des médias américains reflètent le désarroi de certains démocrates modérés, qui revendiquent leur filiation avec Obama. Ils s'inquiètent de voir ce «socialiste» autoproclamé affronter en leur nom le président républicain Donald Trump lors de la présidentielle de novembre. Après ses bons résultats dans les premiers États ayant voté, le sénateur indépendant est, à 78 ans, le grand favori des primaires démocrates. Et l'avalanche de scrutins prévue mardi pour le «Super Tuesday» pourrait lui offrir une avance pratiquement imparable pour remporter l'investiture du parti.

Pas de soutien pendant les primaires

«La plupart des démocrates initiés sont convaincus qu'il n'y a qu'une façon d'arrêter, ou du moins de freiner, Sanders»: que Barack et Michelle Obama «se rallient derrière un autre candidat»... Et de préférence avant le «Super Tuesday», avançait mardi un éditorialiste de CNN, Chris Cillizza. En novembre, Barack Obama avait affirmé, devant des donateurs démocrates, que la bataille électorale se remporterait au centre. Les Américains ne pensent pas «que nous devons détruire complètement le système et tout recommencer», avait-il déclaré, soulignant que les États-Unis n'étaient pas un pays «révolutionnaire». S'il ne citait personne, tous avaient pensé à Bernie Sanders, qui prône une «révolution» politique.

À l'automne toujours, le site Politico affirmait que l'ex-président comptait s'exprimer publiquement si le sénateur prenait une nette avance dans les primaires, «afin de l'empêcher d'être investi». Barack Obama reste «extrêmement populaire au sein du parti démocrate», souligne Kyle Kondik, politologue à l'université de Virginie. Sa voix résonnerait donc avec force s'il prenait parti. Mais il y a peu de chances qu'on l'entende. S'il a «plusieurs amis en lice, y compris, bien entendu, son propre vice-président» Joe Biden, Barack Obama «a dit qu'il ne prévoyait pas de soutenir quelqu'un pendant les primaires», a rappelé mercredi, sa directrice de communication, Katie Hill. «Car il estime que pour que les démocrates gagnent à l'automne, ce sont les électeurs qui doivent choisir leur candidat».

En 2016, il n'avait ainsi déclaré son soutien à Hillary Clinton qu'une fois qu'elle fut assurée de décrocher l'investiture démocrate. Mais il s'est impliqué dans des élections à l'étranger, en annonçant son soutien à Emmanuel Macron, en France, et à Justin Trudeau, au Canada, pendant leurs campagnes. Le rare commentaire de sa directrice de communication venait dénoncer un groupe de soutien à Donald Trump qui a diffusé une «publicité ignoble», dans laquelle d'anciens propos de Barack Obama ont été utilisés «hors de contexte» pour nuire à Joe Biden. L'ex-président reste en revanche muet sur les nombreux spots de campagne des candidats à l'investiture démocrate qui utilisent ses anciens discours pour laisser entendre qu'ils ont son soutien.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • complètement à côté le 28.02.2020 09:10 Report dénoncer ce commentaire

    même ces démocrates n'ont jamais compris que les gens en ont mare de devoir faire 2 boulots pour ne même pas avoir assez d'argent de faire soigner les dents de leurs enfants.

  • wullmaus le 28.02.2020 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump sera réélu a la grande Majorité. Il a rendu a L Amérique son honneur, sa force militaire , réduit le Chomage au Minimum

  • Trompette le 28.02.2020 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    Bon ben Trump futur président. De toute façon ils sont souvent réélu. Les Américians ont peur du changement...

Les derniers commentaires

  • Le Belge, une fois le 28.02.2020 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'accord avec Margharita, il faut stopper l'URSS/Russie qui veut influencer les élections US !!!

  • Rub le 28.02.2020 20:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Biden est à peine plus jeune. Et, au contraire de Sanders

  • wullmaus le 28.02.2020 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump sera réélu a la grande Majorité. Il a rendu a L Amérique son honneur, sa force militaire , réduit le Chomage au Minimum

    • Knipchen le 28.02.2020 19:28 Report dénoncer ce commentaire

      Le monde entier se moque des Trumperies, il n’ à abouti à rien en Corée du Nord, les USA fuient l’Irak, la Syrie et l’Afghanistan, les régimes du Venezuela, d’Iran et de Cuba sont toujours en place. Que des réussites sur la plan diplomatique. La baisse du chômage est financée par une baisse des impôts et une augmentation faramineuse de la dette des USA. Que des succès, à court terme.

  • Trompette le 28.02.2020 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    Bon ben Trump futur président. De toute façon ils sont souvent réélu. Les Américians ont peur du changement...

    • Antoine le 28.02.2020 22:31 Report dénoncer ce commentaire

      @ Trompette: Un peu comme la France en somme. Tout vos candidat qui proposait un réel changement vous n'en avez jamais voulu. Je pense à Georges Marchais et Arlette Laguiller entre autre.

  • Hurra le 28.02.2020 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    "il s'est impliqué dans des élections à l'étranger, en annonçant son soutien à Emmanuel Macron, en France, et à Justin Trudeau, au Canada