Aux Etats-Unis

07 septembre 2018 20:09; Act: 07.09.2018 20:11 Print

Obama: «Qu'est-​​il arrivé au parti républicain?»

L'ancien président est sorti vendredi de sa réserve pour dresser un tableau très sombre de la politique américaine.

storybild

Obama va s'impliquer dans les élections législatives à venir.

Sur ce sujet
Une faute?

Barack Obama a dénoncé vendredi le comportement des républicains qui soutiennent Donald Trump sans réserve et n'ont pas le cran pour défendre «les institutions qui font que notre démocratie fonctionne».

«Qu'est-il arrivé au parti républicain? », a-t-il lancé depuis l'Illinois, lors de sa première intervention politique dans la course aux élections de mi-mandat dans moins de deux mois.

L'ex-président démocrate de 57 ans a vivement dénoncé l'idée selon laquelle «tout ira bien parce qu'il y a des gens au sein de la Maison Blanche qui, secrètement, ne suivent pas les ordres du président».

«Ce n'est pas comme cela que notre démocratie doit fonctionner!», a-t-il tonné, en référence aux récentes révélations faites par le journaliste d'investigation Bob Woodward sur le fonctionnement erratique de la Maison Blanche sous Donald Trump.

Après avoir dressé un tableau très sombre de la situation politique aux Etats-Unis, l'ancien président a aussi exprimé son espoir. «Dans cette noirceur politique, je vois un réveil des citoyens à travers le pays», a-t-il affirmé, lançant un vibrant appel à tous les démocrates à se rendre aux urnes lors des élections législatives de novembre. «Vous devez voter car notre démocratie dépend de vous!», a-t-il lancé.

«Si vous pensez que les élections n'ont pas d'importance, j'espère que les deux années écoulées ont modifié votre perception», a-t-il martelé. «La plus grande menace pour notre démocratie n'est pas Donald Trump (...) c'est l'indifférence, le cynisme», a-t-il encore dit dans un discours passionné, très largement applaudi.

Relativement discret depuis son départ de la Maison Blanche le 20 janvier 2017, le 44e président des Etats-Unis a clairement l'intention de s'impliquer dans la campagne pour soutenir les démocrates pour les élections législatives à venir. Il sera en Californie samedi et dans l'Ohio jeudi pour soutenir les candidats de son camp.

En jeu lors des élections du 6 novembre: les 435 sièges de la Chambre des représentants, un tiers de ceux du Sénat, et les postes de gouverneurs dans 36 Etats. Les sondages prédisent une «vague bleue» (démocrate) et les républicains, aujourd'hui aux commandes du Congrès, redoutent de perdre la Chambre des représentants.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Prostitution politicienne le 08.09.2018 13:05 Report dénoncer ce commentaire

    Pour rappel, en 2008 Obama a dépensé 600 millions de dollars pour sa campagne, et en 2012 c'était plus de 1 milliard ... D'où venait tout cet argent ... Il assure donc le service après-vente en essayant de mobiliser nos amis américains pour faire basculer le Sénat aux élections de mi-mandat ... C'est incroyable comment les USA sont devenus une ploutocratie, bien loin de la démocratie d'antan qui a disparu depuis Truman, et a fait un bref retour sous Kennedy avant de disparaitre de nouveau.

  • agent smith le 07.09.2018 23:14 Report dénoncer ce commentaire

    au moins on n'est pas les seuls à penser cela..

  • Dejan le 07.09.2018 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'il regarde la situation effroyable à Detroit pendant ses 2 mandats, un exemple parmi des centaines d'autres.

Les derniers commentaires

  • Knopchen le 08.09.2018 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Obama n’a pas été défait puisqu’il n’était pas candidat. Ressaisissez-vous.

    • Roboberta Menchu le 08.09.2018 20:22 Report dénoncer ce commentaire

      Bien d'accord avec vous même si je suis plutôt d'habitude d'accord avec Rigoberta!

  • No comment le 08.09.2018 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    En quittant la Présidence, Obama a dit qu'il se consacrerait à promouvoir de nouvelles vocations politique auprès des citoyens. Pari gagné; il n'y a jamais autant eu de nouveaux candidats que pour les élections qui viennent. Il semble maintenant d'attaquer à l'autre bout du problème; l'inscription des électeurs et leur vote. Je note aussi que sur ce point, c'est Trump qui y a beaucoup travaillé... ????

  • Keulen le 08.09.2018 17:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Son bilan est nul, paraître et rien de plus !! C’est bizarre qu’on n’entende rien sur sur ce personnage, comme s’il y avait l’ange Obama et le diable Trump !! Arrêtez voir un peu !!

  • Emilien le 08.09.2018 16:16 Report dénoncer ce commentaire

    Sauf que les états unis sont une république fédérale à régime présidentiel. La république étant une forme de gouvernement alors que la démocratie qualifie plutôt la manière de gouverner, il serait bien de noter qu'une république n'est pas nécessairement démocratique. M. Obama s'attendait-il vraiment à ce que Trump continue de supporter sa façon démocratique de gérer les US?

  • Marcelle le 08.09.2018 14:04 Report dénoncer ce commentaire

    A part sculpter de la fumée pendant 8 ans il a fait quoi Mr Obama? Il suffit de regarder son bilan: désastreux! Bonne fin de semaine à tous!