Crash à New York

11 juin 2019 07:20; Act: 11.06.2019 09:55 Print

«On a senti l'impact et tout le bâtiment bouger»

Un hélicoptère s'est crashé lundi sur un immeuble situé près de Times Square. L'accident a fait un mort.

Sur ce sujet
Une faute?

Un hélicoptère s'est posé brutalement lundi, à la mi-journée, sur le toit d'une tour de bureaux au cœur de Manhattan, causant la mort du pilote et faisant trembler tout l'immeuble.

Les causes de l'accident, survenu sur une tour de 54 étages, alors que la ville de New York était recouverte d'un épais brouillard, n'étaient pas immédiatement connues et faisaient l'objet d'une enquête, à la fois des autorités de la ville et du NTSB, l'agence fédérale chargée de la sécurité dans les transports, a indiqué le maire Bill de Blasio, lors d'un point de presse.

«Nous n'avons aucune indication sur un quelconque lien avec le terrorisme», a-t-il déclaré aux journalistes. «Cela aurait pu être bien pire. Dieu merci personne d'autre n'a été blessé dans cet accident absolument sidérant», a-t-il ajouté.

Mystère

L'accident s'est déroulé non loin de Times Square et de la Trump Tower, sur une tour de bureaux de 54 étages située sur la 7e avenue, entre les 51e et 52e rues, qui abrite notamment le siège américain de la banque française BNP Paribas, qui a été évacuée.

L'hélicoptère - un appareil privé de type Agusta A109E, selon l'agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) - avait décollé onze minutes plus tôt de l'héliport de la 34e rue. Une photo diffusée par les pompiers le montre réduit à des débris sur le toit de l'immeuble. L'appareil a pris feu en atterrissant, ont précisé les pompiers. Ils sont arrivés sur les lieux en cinq minutes mais il leur a fallu environ trente minutes pour éteindre l'incendie, a expliqué Thomas Richardson, un de leurs responsables.

Mémoire du 11 septembre

«Dès qu'on a un incendie dans une tour de bureaux - 54 étages, c'est environ 210 mètres de hauteur - une des difficultés est d'avoir assez de pression d'eau pour arriver jusqu'aux derniers étages du bâtiment. Mais on a des procédures pour ça», a-t-il expliqué.

Selon plusieurs témoins, l'atterrissage de l'hélicoptère a fait trembler toute la tour et le choc a été entendu dans les bâtiments alentours. «On a senti l'impact», a raconté à l'AFP Nathan Hutton, qui travaille dans le gratte-ciel. «Il était 13h35. On a senti tout le bâtiment bouger. On a pensé que c'était un tremblement de terre ou quelque chose comme ça. Puis, deux minutes après, les alarmes ont retenti et la sécurité est arrivée: "Prenez tous vos sacs et sortez tout de suite"».

«Un peu de nervosité»

M. Hutton, 59 ans, a indiqué qu'il n'y avait pas eu de panique mais «un peu de nervosité», d'autant qu'il a fallu trente minutes pour que tout le monde puisse sortir du bâtiment, et que beaucoup se souviennent des attentats du World Trade Center, transformé en gigantesque brasier le 11 septembre 2001. «Il faut comprendre: regardez le World Trade Center, combien de gens sont restés coincés en essayant de sortir du bâtiment.

En attendant de connaître la cause de l'accident, beaucoup évoquaient la possibilité d'interdire les survols de l'île très densément peuplée qu'est Manhattan. Les héliports, utilisés essentiellement pour rallier les aéroports situés hors de l'île, «sont situés à la périphérie de Manhattan, au bord de l'eau», a souligné le maire. Les vols «devraient être interdits, il n'y a absolument aucun endroit sûr où atterrir», a aussi déclaré Carolyn Maloney, élue new-yorkaise du Congrès des États-Unis. La question s'était déjà posée lors du dernier accident d'hélicoptère à Manhattan, en mars 2018. Après une panne de moteur, un appareil transportant cinq touristes en quête de vues spectaculaires sur Manhattan s'était écrasé dans l'East River. Seul le pilote avait réussi à s'en sortir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.