Jacob Zuma

15 juillet 2019 15:19; Act: 15.07.2019 15:53 Print

«On m'a présenté comme le roi des corrompus»

L'ancien président sud-africain crie à la calomnie devant une commission anticorruption.

storybild

Jacob Zuma: «On m'a calomnié».

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma s'est farouchement défendu, lundi, devant une commission anticorruption de toutes les accusations de pillage des ressources de l'État qui lui sont reprochées. Il a crié à la «calomnie» et à la «conspiration». «On m'a calomnié, on m'a présenté comme le roi des corrompus», a dénoncé M. Zuma devant la commission, lors d'un monologue de près de trois heures improvisé et souvent confus.

«Il y a une conspiration contre Zuma», a-t-il poursuivi, évoquant même un «complot visant à (l')assassiner» qu'il a fait remonter à ses activités de chef des renseignements du Congrès national africain (ANC) pendant la lutte contre le régime de l'apartheid. La commission anticorruption «a été créée pour me faire venir (rendre des comptes) ici et peut-être trouver des choses à me reprocher», a-t-il estimé. «Il y a des gens qui n'auraient pas été satisfaits si je n'avais pas été en prison ou renvoyé», a-t-il affirmé.

Poussé à la démission

Englué dans les scandales, Jacob Zuma a été poussé à la démission en février 2018 et remplacé par le nouveau patron de l'ANC, Cyril Ramaphosa, qui a promis de tourner la page de la corruption. L'ancien chef de l'État, 77 ans, est soupçonné d'avoir généralisé le pillage des ressources de l'État, notamment en favorisant illégalement les intérêts privés d'une sulfureuse famille d'hommes d'affaires dont il est proche, les Gupta.

Depuis un an, la commission anticorruption, présidée par le vice-président de la Cour constitutionnelle Raymond Zondo, a entendu des dizaines de ministres, élus, hommes d'affaires ou hauts fonctionnaires qui ont déballé au grand jour le linge sale de l'ère Zuma (2009-2018). L'actuel ministre des Entreprises publiques Pravin Gordhan a accusé devant la commission l'ancien président d'avoir «autorisé un climat d'impunité permettant la corruption» et la «capture de l'État» par des intérêts privés. M. Gordhan a chiffré à 100 milliards de rands (environ 6,3 milliards d'euros) le montant des fonds publics détournés ces dernières années.

«Mensonge»

L'ancien chef de l'État a traité lundi toutes ces accusations par le mépris. La capture de l'État? «C'est une exagération destinée à renforcer un scénario anti-Zuma», a-t-il répondu. «Des gens ont manifesté pour dire "Il est corrompu". Mais qu'est-ce qu'il a fait? Rien», a-t-il poursuivi. «Quelqu'un qui a témoigné avant moi ici a dit que Zuma avait vendu le pays aux enchères. C'est un mensonge!».

L'ancien président s'est aussi longuement expliqué sur ses relations avec les Gupta. «Je n'ai jamais rien fait d'illégal avec eux, ils étaient juste des amis», a-t-il assuré en rappelant que les frères Gupta étaient également liés à ses prédécesseurs Nelson Mandela et Thabo Mbeki. «Je me demande pourquoi m'accuser, pourquoi les gens pensent que ma relation avec eux (les Gupta) n'était pas correcte alors qu'ils avaient des relations avec les autres», a relevé Jacob Zuma.

(L'essentiel/afp)