Grande-Bretagne

11 janvier 2018 21:42; Act: 11.01.2018 21:46 Print

On ne dévoile pas les dessous de la Reine!

Un fabricant de soutiens-gorge a perdu son contrat avec Elizabeth II pour avoir révélé la grandeur du bonnet dans un ouvrage.

storybild

Buckingham a rompu son contrat avec le fabricant haut de gamme de soutiens-gorge Rigby & Peller. (photo: archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet

Le fabricant haut de gamme de soutiens-gorge Rigby & Peller a perdu son statut de fournisseur officiel d'Elizabeth II pour avoir eu l'indiscrétion de révéler les dessous de la lingerie royale, affirme la BBC jeudi.

Un porte-parole de la Royal Warrant Holders Association, qui attribue ce mandat, a confirmé l'information à l'AFP mais s'est refusé à donner la raison de cette décision. Selon la BBC, elle est intervenue à la suite de la publication d'un livre titré «Tempête dans un bonnet D» par June Kenton, 82 ans, qui avait la charge des essayages de soutiens-gorge de la reine.

Livre pas apprécié

Mme Kenton a affirmé qu'il n'y avait «rien» dans ses mémoires susceptible d'offenser la famille royale. Elle y décrit sa première session d'essayage dans les années 1980 avec une Elizabeth II à moitié dévêtue et y dévoile une anecdote racontée par la mère de la reine. Le palais de Buckingham lui a annoncé il y a six mois qu'il «n'avait pas aimé le livre» et avait l'intention de retirer son mandat royal à Rigby & Peller, a-t-elle expliqué à la BBC.

«Je suis très triste que le palais désapprouve l'histoire, c'est simplement l'histoire de ma vie». «C'est incroyable. C'est tellement triste, à la fin de ma vie, mais je ne peux pas lutter contre Buckingham Palace et je ne le veux pas», a-t-elle ajouté. Rigby & Peller, fondée en 1939 et qui fournissait la famille royale depuis 1960, s'est dit «profondément désolée» de la décision, dans un communiqué transmis à l'AFP.

Un argument de poids

Le mandat royal, attribué au nom de la reine, de son époux ou de leur fils le prince Charles, ne peut être obtenu que si une entreprise leur fournit régulièrement pendant cinq ans des biens ou services. «Il peut être perdu à tout moment pour diverses raisons», a expliqué le porte-parole la Royal Warrant Holders Association.

Actuellement, 800 entreprises peuvent apposer les armoiries royales sur leurs produits et cartes de visite, comme Fulton, le fabricant des parapluies préférés de la reine ou l'épicerie fine Fortnum and Mason. C'est un argument marketing de poids, au Royaume-Uni comme à l'étranger.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lucky le 12.01.2018 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    ça doit tomber bien bas :)

Les derniers commentaires

  • Lucky le 12.01.2018 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    ça doit tomber bien bas :)