Zimbabwe

15 novembre 2017 15:15; Act: 15.11.2017 15:37 Print

«On y est, c'est la fin du pouvoir de Mugabe»

Les événements actuels au Zimbabwe «se rapprochent très nettement d'un coup d'État militaire», affirme Philippe Hugon, spécialiste de l'Afrique à l'IRIS à Paris.

storybild

Le président zimbabwéen, au pouvoir depuis 37 ans, affirme être assigné à résidence. (photo: Alexander joe)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Pour le directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), en charge de l'Afrique, les événement actuels au Zimbabwe sont une réponse de l'armée face à l'éviction récente du vice-président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, l'un des successeurs potentiels du président Mugabe. «On y est, c'est la fin du pouvoir de Mugabe», affirme l'expert.

Cela dit, «c'est un revirement total de situation» étant donné la fidélité et la loyauté de l'armée au chef de l'État jusqu'à présent, selon lui. «C'est donc une position nouvelle contre Robert Mugabe et sa femme Grace. Il n'y avait jamais eu de failles jusqu'ici dans l'armée ou dans la police», souligne M. Hugon.

Transition «pacifique»

Il rappelle aussi l'impopularité de la Première dame auprès de l'armée et de la population, femme «légère et dépensière» aux yeux des Zimbabwéens. Or, Grace Mugabe était désormais la favorite à la succession de son mari. Si l'action de l'armée traduit la fin du régime Mugabe, M. Hugon ne croit cependant pas à un «Printemps zimbabwéen». «Je ne pense pas qu'il y aura de débordements ni de révolte et encore moins de révolution de la part de la population. Tout au plus des manifestations de soutien à l'armée», dit-il.

L'expert de l'IRIS pense que l'armée va destituer Rober Mugabe et prendre «provisoirement» le pouvoir avant de laisser la place au jeu démocratique et donc à des élections. Quant à M. Mugabe, il le voit finir dans une maison de retraite ou en exil dans un pays africain voisin. «Je ne pense pas qu'il y aura de procès dans son pays vu son statut historique de héros de la guerre d'indépendance».

(L'essentiel/ats)