Environnement

22 septembre 2019 10:27; Act: 23.09.2019 11:29 Print

ONU: les jeunes donnent de la voix sur le climat

Quelque 500 jeunes du monde entier ont appelé samedi, les dirigeants à agir pour le climat lors d'un sommet à l'ONU.

Sur ce sujet
Une faute?

Des centaines de jeunes délégués de cinq continents ont participé samedi à un sommet sur le climat à l'ONU à New York, où une soixantaine de dirigeants mondiaux sont attendus lundi pour redonner de la vie à l'accord de Paris de 2015. Ces deux rendez-vous climat de samedi et lundi se tiennent dans l'ombre des manifestations massives de vendredi dans plus de 160 pays, pour une grève de l'école coordonnée mondialement et qui a rassemble peut-être quatre millions de personnes dans les rues, un chiffre difficile à confirmer - une première dans l'histoire du militantisme écologique. Une autre grève mondiale géante est organisée vendredi prochain, y compris au Luxembourg.

Les quelque 500 jeunes participants du sommet de samedi étaient des directeurs d'associations, des leaders étudiants, des journalistes citoyens ou des créateurs d'entreprises vertes. En costumes, en habits traditionnels ou en vêtements de tous les jours, ils ont toute la journée répété la même antienne à l'adresse des dirigeants mondiaux: agissez car nous sommes les plus menacés.

«La crise politique de notre époque»

«Le climat et la crise écologique sont la crise politique de notre époque», a lancé Bruno Rodriguez, éloquent leader étudiant argentin, dans un furieux discours en ouverture. «On entend souvent que notre génération devra résoudre les problèmes créés par les dirigeants actuels, mais nous n'attendrons pas passivement de devenir cet avenir», a-t-il dit, dans un anglais impeccable. «Le temps est venu que nous soyons leaders». «Les jeunes ne pourront pas être arrêtés», a dit la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, idole de ce mouvement sans chefs des «Fridays for Future».

Les plus grandes manifestations de vendredi ont été en Australie, à Berlin, Londres, New York et San Francisco, mais sur tous les continents, des lycéens et des enfants ont marché, pancartes à la main, alternant comme à chacune de ces grèves entre humour noir et colère. Même si le mouvement a rencontré plus de difficultés à mobiliser au Luxembourg. Les grèves font passer le mouvement climatique dans «une nouvelle ère», a jugé l'Américaine Katie Eder, en conclusion de la journée, dont le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait promis qu'elle serait dominée par la parole des jeunes.

Tous les leaders fautifs

L'obsession des délégués, dont certains avaient déjà participé à des réunions de l'ONU, était de transformer en propositions concrètes les slogans scandés dans toutes les langues les vendredis. «On est là pour les représenter», dit le Français Sacha Ghnassia, 18 ans, en terminale à Tel Aviv, où il anime une association écologiste. Son billet d'avion et son hôtel ont été payés comme des centaines d'autres par l'ONU. Vendredi soir, ils se sont couchés tard, après de longues discussions entre participants à leur hôtel, dans Manhattan.

«Pour moi la prochaine étape c'est de taxer la viande», dit-il par exemple. Il est végane depuis quatre ans. Comme beaucoup, il met tous les dirigeants passés et actuels dans le même sac. «C'est facile de dire que le problème c'est Macron, Bolsonaro ou Trump, ça fait vingt ans que tous les présidents étaient au courant et n'ont rien fait».

Bilan difficile

Il arpentait samedi en fin de journée les couloirs de l'ONU avec Maria Barcasnegras, 20 ans, étudiante colombienne qui blogue sur la pollution du fleuve de sa ville, Baranquilla. Elle est plus virulente contre son président, Ivan Duque, qui participera lundi à une réunion spéciale Amazonie avec Emmanuel Macron. «Il se fiche de l'Amazonie», lâche Maria, d'un ton sans appel.

Les échanges, dans la salle du sommet, sont restés polis, à l'exception d'une brève question par une jeune femme reprochant à un représentant de Microsoft ses partenariats avec des entreprises du secteur pétrolier. Le bilan de la journée était difficile à établir. Beaucoup semblaient simplement satisfaits d'être dans un lieu si prestigieux.

«C'est un peu surréaliste d'être ici, car on le voit toujours dans les films!» a confié à l'AFP, Penny Tovar, 24 ans, "influenceuse" sur YouTube et Instagram, où elle recommande des produits de beauté éco-responsables et éthiques, comme des marques de maquillage qui ont des programmes de recyclage.

Elle était venue animer une session avec Yusuf Omar, «mojo» ou journaliste mobile, 30 ans, originaire du Royaume-Uni mais «nomade». Il dit avoir voyagé dans 140 pays ces dernières années pour apprendre aux jeunes à raconter leurs histoires avec leurs téléphones portables. «Nous les jeunes avons été ignorés trop longtemps. Quand on se balade dans ce bâtiment, on voit beaucoup de gens vieux et surtout des hommes en costume-cravate. Ils sont détachés de la réalité», dit Yusuf Omar. «C'est formidable d'être invités et d'aider les décideurs».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le golfeur le 22.09.2019 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @georette Décidément vous ne comprenez rien a rien. Qui a élevé nos enfants ? NOUS ! Arrêtez de parler de smartphone,de vacances, d’avions ... le problème c’est nous la génération d’avant pas eux. Si ils s’inquiètent pour leurs avenirs soutenons les et arrêtez de raconter n’importe quoi ça vous grandira pour une fois .

  • Léon le 22.09.2019 21:00 Report dénoncer ce commentaire

    Et après ils prennent l’avion pour les vacances

  • georgette le 22.09.2019 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Juste une question: Cette génération de millenium qui font la morale qui ont tous leur smartphones, snapchat, Instagram, les influenceurs qui incitent à voyager, à consommer tel et tel produit etc....ça fait quoi à la planète? Cela ne fait il pas aussi partie du problème? Serait il capable de renoncer à tous ça ? Je ne pense pas.

Les derniers commentaires

  • Pragmatik le 23.09.2019 15:34 Report dénoncer ce commentaire

    Peu importe "à qui la faute". Il faut agir et vite. La surpopulatiuon multipliée par la surconsommation menace clairement l'existence de l'humanité.

  • Léon le 22.09.2019 21:00 Report dénoncer ce commentaire

    Et après ils prennent l’avion pour les vacances

  • Le golfeur le 22.09.2019 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @georette Décidément vous ne comprenez rien a rien. Qui a élevé nos enfants ? NOUS ! Arrêtez de parler de smartphone,de vacances, d’avions ... le problème c’est nous la génération d’avant pas eux. Si ils s’inquiètent pour leurs avenirs soutenons les et arrêtez de raconter n’importe quoi ça vous grandira pour une fois .

  • Sergueï le 22.09.2019 20:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien dit Yohan

  • Yohan D le 22.09.2019 18:21 Report dénoncer ce commentaire

    Une chose est sûr une grande partie de ceux qui critiquent les jeunes ne sera plus la pour subir les effets de ce qu ils auront construit.