La vie cachée des «anoussim»

29 février 2020 10:48; Act: 29.02.2020 10:49 Print

Orthodoxes le jour, athées la nuit

Beaucoup de juifs ayant perdu la foi maintiennent les apparences de peur d'être rejetés par leur communauté, de perdre leur travail et le contact avec leurs enfants. Ils seraient des dizaines de milliers en Israël.

Sur ce sujet
Une faute?

Orthodoxe le jour, Shmuel* se transforme en athée la nuit et craint d'être reconnu. Pourtant, lui aussi est un haredi, un «craignant Dieu». Du moins officiellement car cela fait presque 10 ans qu'il ne croit plus en Dieu, mais maintient les apparences de peur d'être exclu de sa communauté et ainsi perdre son travail et le contact avec ses enfants. «Personne n'est au courant autour de moi», confie le trentenaire. «Ni ma femme, ni mes parents, personne!».

Des dizaines de milliers d'«anoussim»

Ce soir-là, il se rend dans un bar de Jérusalem, un lieu proscrit par sa communauté, afin d'y retrouver clandestinement d'autres juifs orthodoxes qui, comme lui, ont perdu la foi mais maintiennent les apparences de piété. Pour l'occasion, Shmuel a troqué son chapeau traditionnel en feutre noir à la faveur d'un bob marin. «Mon chapeau est dans mon sac, je le remettrai avant de rentrer chez moi», glisse-t-il en esquissant un sourire.

Selon Yair Hass, le directeur de Hillel, une association qui aide les personnes désirant quitter le monde religieux, Israël compterait des dizaines de milliers de ces «anoussim». Le terme «anoussim», littéralement les «contraints», était historiquement utilisé pour désigner les juifs convertis de force au christianisme pendant l'Inquisition mais qui en secret continuaient à pratiquer leur religion. Aujourd'hui, le terme est utilisé pour décrire ces orthodoxes qui, en cachette, ne pratiquent plus leur religion, ou n'adhèrent plus à ses codes.

«Ça n'a plus aucun sens pour moi»

Shmuel dit vivre dans la peur constante d'être démasqué. A l'abri des regards, il transgresse les interdits qu'il n'approuve plus, voire même qu'il méprise, comme manger du porc. «Un jour j'ai commencé à me poser des questions sur tous ces enseignements et toutes ces règles strictes qu'on nous inculque dès notre plus jeune âge. Ça n'a plus aucun sens pour moi», dit Shmuel qui a grandi dans une famille hassidique de Jérusalem.

A ses côtés dans un bar sombre de la ville, une vingtaine d'hommes et de femmes se mélangent en discutant un verre à la main. Le groupe s'est formé sur Facebook, avec de faux noms. Tous craignent de voir des intrus s'infiltrer pour les démasquer.

Le prix à payer est trop grand

Vivre en prétendant être quelque chose que l'on est plus est extrêmement difficile pour les «anoussim», note Yair Hass. «C'est quasiment intenable». La communauté «vous punit très sévèrement si vous déviez du chemin ou ne respectez pas les règles», souligne-t-il. «Le prix à payer est tel qu'ils ne partent pas» de leur communauté, ou rarement.

Démasqués, ils ne voient plus leurs enfants

Depuis qu'il a quitté la communauté des Neturei Karta, qui ont une conception très rigoriste de la halakha, la loi religieuse juive, Avi Tfilinski ne voit plus ses six enfants. Il officiait comme rabbin et a vécu une double vie pendant 12 ans. Mais un jour, il a été confondu par ses frères lorsque son téléphone portable s'est mis à vibrer pendant le shabbat, jour où aucun appareil électrique ne peut être utilisé. «Lorsque je suis parti, mon père m'a déclaré mort et a interdit à tout le monde de me voir». Mais «je n'ai fait de mal à personne, j'ai juste choisi un autre mode de vie, et pour cela on me punit», déplore Avi, ému.

«On te considère comme un criminel», affirme Batia Leora Deil, 40 ans, qui après six ans de double vie a perdu elle aussi la garde de ses quatre enfants. «Je sortais le soir avec une perruque et de longs habits et je me changeais dans la voiture», se souvient celle qui a quitté la région de Jérusalem pour s'établir près de Tel-Aviv, métropole libérale où elle a commencé des études de cinéma.

*Nom connu de la rédaction

(L'essentiel/lhu/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ben-J le 29.02.2020 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui c’est difficile pour tout le monde, tout le monde doit jouer un jeu et tout le monde en souffre

  • Mais pourquoi? le 29.02.2020 14:33 Report dénoncer ce commentaire

    Fallait le trouvé cet article, surtout qu'il est issu de l'AFP. Je crois que seul L'Obs et La nouvelle république l'ont repris... Cela en dit long, très long sur la ligne éditoriale... Sinon pour la culture les "anoussim" sont à la base, et c'est la seule définition, des juifs qui furent contraints de se convertir à une autre religion. Oui contraints...

  • Sam Enerve le 29.02.2020 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    il n'y a pas plus intolérant qu'un croyant, quelque soit le dieu imaginaire qu'il vénère.

Les derniers commentaires

  • Noway le 01.03.2020 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Les religions .... un des pire cancer de cette plante

  • Soleil le 01.03.2020 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @mote non il ne s est pas fait tout seul les religions sont pour beaucoup pour ce niveau de misogynie qu’on attend en 2020. Alors ce monsieur a bien raison de manger du porc car tout est bon dans le cochon alors que tout est mauvais dans les religieux de tout bord.

  • Daniel le 29.02.2020 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Decidememt, Il y a des intégristes dans toutes les communautés religieuses.

  • mote le 29.02.2020 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ Sam Énerve, tu pense que tout ce monde qui nous entoure s’est fait tout seul!? Regarde toi dans un miroir et médite!

    • CalmeToiMDR le 01.03.2020 01:28 Report dénoncer ce commentaire

      @mote: oui, il s’est fait pas la nature en elle même... la science là bien prouvé pourtant. Regarde au tour de toi, tout ce que tu vois de la nature, c’est la nature.

  • Sowat le 29.02.2020 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @mais pourquoi : bien d'accord avec vous... Surtout que les orthodoxes ne représentent pas la Communauté juive dans son ensemble !