Insulte de Bolsonaro

27 août 2019 18:25; Act: 28.08.2019 10:59 Print

#PardonBrigitte: une foule de Brésiliens dit sa honte

De nombreux internautes brésiliens ont présenté leurs excuses à Brigitte Macron, insultée par le président Jair Bolsonaro.

Sur ce sujet
Une faute?

Les relations entre Emmanuel Macron et Jair Bolosonaro sont extrêmement tendues depuis que le président brésilien a cautionné un post raillant le physique de la première dame française sur Facebook. Un internaute avait publié un montage photo montrant d'une part une Brigitte Macron peu à son avantage, et de l'autre, une Michelle Bolsonaro souriante. «Vous comprenez maintenant pourquoi Macron s'en prend à Bolsonaro?», pouvait-on lire en légende. Le président brésilien avait commenté: «Ne l'humilie pas, mec. Kkkkkkk (mdr)».

Lundi, le pensionnaire de l’Élysée a répondu à cette attaque, déclarant que les Brésiliens devaient avoir «un peu honte» du comportement de leur président. C'est visiblement le cas, avec l'apparition du hashtag #DesculpaBrigitte (#PardonBrigitte). Sur Twitter, de nombreux Brésiliens ont présenté leurs excuses à l'épouse d'Emmanuel Macron. Certains ont d'ailleurs pris la peine de rédiger leur tweet en français.

«Le Parisien» note par ailleurs que le quotidien brésilien Extra a publié en une des excuses à Brigitte Macron. Selon son entourage, la principale intéressée a été très touchée par cette vague de soutien.

Paulo Coelho réagit

«Pardonnez-moi, pardonnez-moi mille fois»: l'écrivain brésilien Paulo Coelho a demandé pardon après les insultes et les propos fort peu diplomatiques de Jair Bolsonaro.

«C'est une vidéo un peu triste pour demander pardon à mes amis français pour la crise, je dirais l'hystérisme de Bolsonaro par rapport à la France, au président de la France, à la femme du président de la France», a déclaré en français, Paulo Coelho, dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

Le romancier né en 1947, à Rio de Janeiro, est un des auteurs les plus lus dans le monde, avec plusieurs dizaines de millions d'exemplaires vendus pour «L'Alchimiste». «Alors que l'Amazonie brûle, ils n'ont aucun argument (et ne font) qu'insulter, nier, dire n'importe quoi pour éviter de prendre (leur) responsabilité», a ajouté l'écrivain, en parlant des dirigeants brésiliens.

(L'essentiel/afp)