Aux États-Unis

16 octobre 2019 21:58; Act: 17.10.2019 16:36 Print

Parodie sur les Panama Papers attaquée en justice

Le cabinet Mossack Fonseca veut empêcher Netflix de diffuser «The Laudromat», film inspiré du scandale.

storybild

Dans la comédie, Gary Oldman (à g.) et Antonio Banderas incarnent des avocats panaméens. (photo: Netflix)

Sur ce sujet
Une faute?

Porté par Gary Oldman, Antonio Banderas et Meryl Streep, le dernier opus de Stephen Soderbergh devait connaître une sortie mondiale sur Netflix, demain. C'était compter sans les associés de Mossack Fonseca & Co, cabinet d'avocats à l'origine des Panama Papers.

Mardi, ils ont déposé une plainte contre la plateforme américaine de divertissement, notamment pour diffamation. Ils ont aussi demandé le blocage de «The Laudromat» (la laverie automatique). Ce film s'inspire du scandale financier de 2016, qui avait révélé les pratiques de riches et puissants mettant leur argent à l'abri dans des sociétés offshore.

«Préjudice irréparable» invoqué

Poursuivis au Panama, où ils doivent être jugés, et sous enquête aux États-Unis, les fondateurs du cabinet, Jürgen Mossack et Ramon Fonseca, reprochent à la satire de Soderbergh de les dépeindre comme des vilains liés aux meurtres des cartels ou nettoyant l'argent sale des gangsters russes. Un «préjudice irréparable», estiment-ils.

C'est le type de situation où des mesures provisionnelles peuvent être demandées, observe François Roux, bâtonnier de l'ordre des avocats vaudois en Suisse. Car la fiction pourrait influencer la perception qu'ont des accusés les juges ou les jurés. Netflix n'a pas encore livré ses arguments pour contrer le blocage du film. Mais le gros battage médiatique qu'ont déjà suscité les Panama Papers en fera sans doute partie.

(L'essentiel/aia)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.