Campagne électorale USA

29 juillet 2020 11:57; Act: 29.07.2020 14:53 Print

Pas de musique sans autorisation, disent des stars

Plusieurs stars de la musique américaine ont signé une lettre ouverte demandant que les politiciens aient une autorisation pour pouvoir utiliser leurs chansons lors de meetings.

storybild

Les Rolling Stones ont menacé fin juin Donald Trump de le poursuivre en justice si son équipe de campagne continuait à utiliser la chanson "You Can't Always Get What You Want" lors de ses réunions publiques. (photo: Archives/KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Des stars de la musique réclament solennellement que les candidats aux élections américaines demandent une autorisation avant d’utiliser un de leurs morceaux lors de rassemblements de campagne. Elles l’ont fait savoir dans une lettre ouverte publiée mardi. De nombreux artistes se sont plaints, depuis la campagne présidentielle précédente, que certains de leurs titres étaient joués durant des réunions publiques de Donald Trump.

Demander l’autorisation des interprètes et des auteurs «est le seul moyen de protéger vos candidats d’un risque juridique, d’une polémique superflue ou d’un bourbier moral», font valoir les auteurs de la lettre adressée aux principales instances des partis démocrate et républicain.

Les Stones menacent Trump

Parmi eux figurent les Rolling Stones, qui ont encore menacé fin juin Donald Trump de le poursuivre en justice si son équipe de campagne continuait à utiliser la chanson «You Can’t Always Get What You Want» lors de ses réunions publiques. «Le problème n’est pas nouveau ou lié à un parti politique», il se pose de nouveau lors de chaque campagne électorale, rappellent les auteurs, dont les groupes Pearl Jam ou R.E.M. et les chanteuses Sia et Lorde.

«Être entraîné involontairement en politique de cette façon peut aller à l’encontre des valeurs personnelles d’un artiste tout en décevant ou irritant ses fans», insistent les artistes réunis sous la bannière de l’Artists Rights Alliance, association de défense des droits des artistes.

Les auteurs affirment que les textes de loi et leur esprit leur permettraient d’attaquer en justice les contrevenants avec des chances de succès. Outre les Rolling Stones, les héritiers de Prince, mais aussi Adele, Neil Young, R.E.M., Pharrell Williams, Rihanna, Aerosmith ou Queen ont eux aussi dénoncé l’usage de leurs œuvres pendant des rassemblements républicains.

Licences

Les responsables politiques américains peuvent obtenir des licences auprès des sociétés de droits d’auteur qui les dispensent de demander la permission explicite aux chanteurs ou groupes concernés.

Le droit américain prévoit néanmoins la possibilité pour un artiste de demander que sa musique ne soit pas utilisée en faisant valoir que les responsables des campagnes laissent entendre «de manière erronée que l’artiste (…) soutient le candidat», selon l’association américaine de l’industrie du disque (RIAA). La justice américaine n’a pas encore été amenée à trancher la question depuis le début de la campagne de Donald Trump en 2015.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre qui roule le 29.07.2020 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai toujours aimé les Stones... et là encore plus

  • Unicorn le 29.07.2020 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    Notre système économique est d'une perversion indicible. Les sociétés des droits d'auteurs vendent les chansons à des politiciens sans demander l'avis des auteurs. Un argument de plus pour abolir ce système du copyright, qui ne profite qu'aux intermédiaires. Supportez vos artistes directement.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 29.07.2020 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    Notre système économique est d'une perversion indicible. Les sociétés des droits d'auteurs vendent les chansons à des politiciens sans demander l'avis des auteurs. Un argument de plus pour abolir ce système du copyright, qui ne profite qu'aux intermédiaires. Supportez vos artistes directement.

  • Pierre qui roule le 29.07.2020 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai toujours aimé les Stones... et là encore plus