Au Japon

31 janvier 2019 09:46; Act: 31.01.2019 10:13 Print

Pêcher la baleine, «raison d'être» à Minamiboso

Le Japon a décidé de reprendre la pêche à la baleine, seulement au large de ses côtes, perpétuant ainsi une tradition centenaire marginalisée et critiquée à l'international.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Pour Tetsuya Masaki, ouvrier de l'industrie baleinière, la capture et consommation de cétacés est non seulement une tradition japonaise, c'est aussi la raison d'être de sa minuscule communauté, à Minamiboso, à quelque 70 km au sud de Tokyo. Ici, résidents, écoliers et touristes sont invités à assister à la découpe des baleines, une façon de perpétuer et enseigner l'histoire d'un rite régional vieux de 400 ans.

Maintenue sous perfusion grâce aux prises scientifiques (exception autorisée par la communauté internationale) pendant trois décennies de suspension de pêche commerciale, l'activité a périclité, reconnaît M. Masaki, dont l'employeur Gaibo Hogei est une des rares sociétés restantes. La consommation annuelle au Japon est passée de 200 000 tonnes dans les années 1960 à moins de 5 000 tonnes depuis une dizaine d'années, selon les plus récentes données de l'Agence des pêches, et le secteur ne survit que grâce aux subventions du gouvernement, de l'ordre de quelque 5 milliards de yens (un peu plus de 40 millions d'euros par an).

Pour Yoshinori Shoji, patron de Gaibo Hogei, même si elle est jugée «trop tardive», la décision du Japon de se retirer de la Commission baleinière internationale (CBI) pour s'affranchir du moratoire de 1986 sur la pêche commerciale est «la bonne». À 57 ans, ce vétéran se prépare «naturellement» à reprendre la chasse en ciblant les petits rorquals une fois que Tokyo aura officiellement quitté l'instance en juin.

Le choix de Tokyo de quitter la CBI a soulevé une vague de critiques de la part des environnementalistes et des pays antichasse à la baleine (Australie, Nouvelle-Zélande ou encore Canada) mais il est largement soutenu dans l'archipel. Selon un sondage de la chaîne publique NHK, 53% des Japonais l'approuvent, 37% sont contre et 10% ne se prononcent pas. Le Japon ne chassera cependant qu'au large de ses côtes. Il renonce donc à ses expéditions scientifiques dans l'Antarctique, dénoncées par les organisations écologistes comme des violations des règles de la Commission baleinière.

«Spécialité régionale»

Si, officiellement, les baleines tuées depuis 30 ans le sont pour faire avancer les connaissances sur les espèces, une grande partie de la chair finit sur les étals. C'est donc sous couvert de recherches que, chaque année, la firme de M. Shoji harponnait près des côtes 26 baleines à bec - dont les prises sont soumises à des quotas nationaux japonais - et les débarquait au port de Wada, l'un des cinq spécialisés du Japon. Résident de Minamiboso, Kazuo Tachikawa se réjouit que cette «spécialité régionale» ait été préservée.

«Ici, vous pouvez acheter de la viande de baleine dans tous les supermarchés et poissonneries», assure ce septuagénaire rencontré sur une place où se dresse un énorme squelette de baleine bleue près de canons à harpon. Le sujet ne préoccupe cependant pas tout le monde: «Je ne connais même pas la différence entre la chasse à la baleine à des fins de recherche et la chasse commerciale», sourit Sada Nakamura, femme au foyer de 67 ans, qui se dit dépassée par ce type de question politique.

De nombreux membres du Parti libéral-démocrate (PLD), présidé par le Premier ministre Shinzo Abe, sont partisans de la chasse à la baleine. Et le chef du gouvernement lui-même est originaire d'une circonscription, dans la province de Yamaguchi, où cette pratique reste populaire. Mais si la viande de cétacé était une source essentielle de protéines dans la période de disette suivant la Seconde Guerre mondiale, ce n'est plus un mets quotidien bien que les qualités diététiques de cette chair allant du blanc au rouge vif continuent d'être vantées par le secteur et ses soutiens politiques.

Selon Hisayo Takada, un responsable de l'ONG Greenpeace au Japon, «il est difficile de croire que la décision de reprendre la pêche commerciale relancera grandement l'industrie de la chasse à la baleine au Japon». Dans un restaurant de Tokyo servant des sushis et des côtelettes de baleine, Kunio Adachi, un retraité de 70 ans, admet qu'il ne mange de la baleine que par nostalgie. Cependant, le tabou étant levé, quelques enseignes n'ont pas hésité à intégrer de la baleine dans les «assortiments de sashimis», dès les jours suivant l'annonce de la décision du gouvernement.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • coyote du 57 le 31.01.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je croyais qui avait une Loi pour interdire la chasse aux baleines ?

Les derniers commentaires

  • coyote du 57 le 31.01.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je croyais qui avait une Loi pour interdire la chasse aux baleines ?