Offensive turque en Syrie

17 octobre 2019 19:44; Act: 18.10.2019 10:36 Print

Pence négocie un cessez-​​le-​​feu avec Erdogan

À Ankara, le vice-président américain a rencontré le président turc pour tenter d'obtenir l'arrêt des combats en Syrie.

Sur ce sujet
Une faute?

Le vice-président américain Mike Pence a rencontré jeudi à Ankara le président turc Recep Tayyip Erdogan pour essayer d'obtenir l'arrêt de l'offensive turque dans le nord de la Syrie. L'armée turque tentait de prendre une deuxième ville frontalière aux forces kurdes.

M. Pence a d'abord eu un long entretien en tête-à-tête avec M. Erdogan avant que la rencontre ne soit élargie aux délégations, selon des responsables américains. Accompagné du secrétaire d'État Mike Pompeo, il devait tenter de convaincre M. Erdogan de mettre fin à une offensive qui a déjà fait près de 500 morts, dont une centaine de civils, et provoqué le déplacement de 300 000 personnes depuis le 9 octobre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Leur mission s'annonce délicate, vu l'inflexibilité de M. Erdogan, qui a exclu de «s'asseoir à la table des terroristes», et compte tenu des signaux contradictoires envoyés depuis une semaine par Donald Trump.

Combats à Ras al-Aïn

Le président turc a exigé pour que l'offensive prenne fin que les forces kurdes désarment et s'éloignent de la frontière turque. Et elle survient alors que les combats continuent de faire rage, en particulier à Ras al-Aïn, ville à la frontière turque. L'armée turque et ses supplétifs syriens ont avancé jeudi dans cette ville frontalière, en contrôlant désormais près de la moitié, selon l'OSDH.

Une correspondante de l'AFP côté turc du front de Ras al-Aïn a pour sa part indiqué entendre sans discontinuer des frappes aériennes, des tirs d'artillerie et des coups de feu d'armes automatiques. Les autorités kurdes ont réclamé un «couloir humanitaire» pour évacuer civils et «blessés» de la ville de Ras al-Aïn. Les forces pro-Ankara avaient pris aux miliciens kurdes le 13 octobre une autre ville frontalière, Tal Abyad.

(L'essentiel/afp)