Au Japon

13 juin 2019 08:25; Act: 13.06.2019 10:07 Print

Piloter un drone en état d'ivresse va coûter cher

Les députés japonais ont voté une loi interdisant et punissant le pilotage de drone en cas d'ivresse, pour éviter les accidents dus à ces engins très populaires dans le pays.

storybild

La nouvelle loi prévoit une amende maximale de 300 000 yens (2 400 euros) et une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison ferme. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La nouvelle loi prévoit une amende maximale de 300 000 yens (2 400 euros) et une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison ferme. Seront aussi sanctionnés ceux qui, même sans avoir consommé d'alcool, effectueront des manœuvres dangereuses comme des plongeons rapides avec leurs drones (jusqu'à 500 000 yens d'amende). Ces mesures s'appliqueront aux engins pesant plus de 200 grammes.

«Nous pensons que piloter un drone en ayant bu est aussi grave que de conduire sous l'emprise de l'alcool», a précisé à l'AFP un fonctionnaire du ministère des Transports. Le Japon a déjà depuis plusieurs années adopté progressivement un règlement strict pour les drones, en en interdisant totalement l'usage au-dessus de sites sensibles (bâtiments officiels, aéroports, centrales nucléaires, sites des Jeux olympiques de Tokyo 2020...) ainsi qu'au-dessus des foules. Une autorisation spéciale est requise pour chaque vol dans la plupart des zones urbaines.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dura lex sed lex le 13.06.2019 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    C’est très bien ainsi! Je ne connais pas la loi luxembourgeoise sur le sujet mais en Belgique, c’est 0 mg/L! Vous devez avoir 100% de vos réflexes, toujours avoir votre aéronef en vue et les vols sont interdits en dehors de votre terrain privé et jusqu’à 10m de hauteur maximum, sinon il vous faut une licence accompagné d’un plan de vol autorisé et validé par la DGTA. Tout ce qui sort de ce cadre est considéré comme illégal = amende et confiscation du drone si on vous tombe dessus, point barre! Et bien entendu, votre assurance ne fonctionnera pas si accident il y a!

Les derniers commentaires

  • Dura lex sed lex le 13.06.2019 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    C’est très bien ainsi! Je ne connais pas la loi luxembourgeoise sur le sujet mais en Belgique, c’est 0 mg/L! Vous devez avoir 100% de vos réflexes, toujours avoir votre aéronef en vue et les vols sont interdits en dehors de votre terrain privé et jusqu’à 10m de hauteur maximum, sinon il vous faut une licence accompagné d’un plan de vol autorisé et validé par la DGTA. Tout ce qui sort de ce cadre est considéré comme illégal = amende et confiscation du drone si on vous tombe dessus, point barre! Et bien entendu, votre assurance ne fonctionnera pas si accident il y a!