États-Unis

20 août 2019 18:17; Act: 21.08.2019 12:28 Print

Planqué trois ans dans un bunker pour fuir la justice

Un Américain de 44 ans, accusé d'agression sexuelle sur mineur, d'inceste et de pédopornographie, s'était évaporé juste avant son procès. Il a fini par être repéré et appréhendé.

storybild

La police a fini par trouver son refuge le 9 août.

Sur ce sujet
Une faute?

Il aura fallu trois ans au shérif de Portage County, dans le Wisconsin, pour retrouver un fugitif qui s'était évaporé deux semaines avant son procès en 2016. Accusé d'agression sexuelle sur mineur, d'inceste et de détention de documents pédopornographiques, J. Button était parvenu à prendre la fuite.

Depuis, et jusqu'au 9 août dernier, personne n'en avait plus jamais entendu parler. Et pour cause: cet Américain de 44 ans avait trouvé refuge dans une forêt, en plein cœur d'un parc naturel de l'État du Wisconsin, dans le nord des États-Unis. Le fugitif s'est caché durant trois ans dans un bunker où il a vécu en autarcie sans aucune interaction avec le monde extérieure, comme la rapporte la chaîne WSAW-TV.

Panneaux solaires et filtre à eau

Sa cachette a été découverte par un chasseur habitué du domaine. Intrigué, il y a quelques mois déjà, par une porte en bois dissimulée derrière un rocher, il s'est décidé cet été à retourner jeter un œil et a découvert la planque du fugitif. «J'ai regardé à l'intérieur, il y avait des conserves et des petites boîtes de rangement, a raconté Thomas Nelson à la chaîne WSAW-TV. Je suis arrivé dans un coin et il était là, étendu sur son lit». Le chasseur a rapidement fait demi-tour pour appeler la police.

J. Button n'a opposé que très peu de résistance lors de son arrestation. Dans son repaire, le shérif et ses hommes ont découvert le parfait kit de survie: des panneaux solaires alimentant un filtre à eau, un ordinateur, une télévision et un poste radio. Les agents venus l'arrêter décrivent un homme cordial, presque soulagé d'avoir été retrouvé, racontant ses trois ans de calvaire dans l'humidité et le froid de sa cachette.

J. Button sera jugé le 16 septembre et restera vraisemblablement en détention d'ici-là, sa caution étant fixée à 100 000 dollars.

(L'essentiel/lom)