Manifestations antirégime

04 mars 2020 19:46; Act: 04.03.2020 19:52 Print

23 adolescents auraient été tués en Iran

Au moins 23 jeunes ont été tués par les forces de sécurité iraniennes lors de la répression des manifestations qui ont secoué le pays en novembre, selon Amnesty International.

Sur ce sujet
Une faute?

«Au moins 22 garçons, âgés de 12 à 17 ans, ont été tués lorsque les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants désarmés et des passants», selon Amnesty International. Une fille dont l'âge est évalué entre 8 et 12 ans aurait également été tuée, selon cette enquête titrée «Ils ont tué nos enfants». «Ces derniers mois, un tableau effrayant a émergé sur l'ampleur des moyens létaux illégalement utilisés par les forces de sécurité iraniennes pour écraser les protestations de l'année dernière», déclare Philip Luther, responsable pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International.

Qualifiant de «choquant» le nombre d'enfants tués dans la répression, M. Luther a réclamé une «enquête indépendante et impartiale» sur ces faits. L'ONG s'est appuyée pour cette enquête sur des vidéos et des photos, des témoignages des proches des victimes, ainsi que sur des certificats de décès et d'inhumation. Selon Amnesty, la plupart des proches des enfants tués ont été soumis à des menaces et à du harcèlement de la part des autorités.

Pas de réponse des autorités

Les familles ont également été forcées d'enterrer leurs enfants en présence de responsables sécuritaires, et n'ont pu faire pratiquer d'autopsies ou n'en ont jamais eu les résultats, selon Amnesty. Dans 10 cas, la mort serait due à des blessures par balles à la tête ou au torse. Douze des 23 morts se sont produites le 16 novembre, huit le 17 et trois le 18 novembre. Les enfants ont été tués dans 13 villes de six provinces du pays, selon l'enquête.

«Le fait que la majorité des enfants aient été tués en deux jours est une preuve supplémentaire de l'ampleur de la répression par les forces de sécurité qui voulaient mater la contestation à tout prix», estime M. Luther. «Alors que les autorités iraniennes ont refusé d'ouvrir une enquête indépendante, il est impératif que les pays membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU mandatent une enquête sur les tueries pendant la contestation de novembre». Amnesty précise avoir écrit le 25 février au ministre iranien de l'Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli pour lui donner la liste des enfants victimes et obtenir un commentaire. L'ONG indique n'avoir pas eu de réponse.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tonton d'Istanbul - éleveur de poneys le 05.03.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    On dira ce qu'on voudra mais Erdogan est le seul à avoir l'honnêteté intellectuelle d'entrer en guerre contre ces gens là... L'Europe elle fait quoi pendant ce temps là ??? Comme d'hab. le verbe fort et la main molle comme dirait l'autre !

Les derniers commentaires

  • Tonton d'Istanbul - éleveur de poneys le 05.03.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    On dira ce qu'on voudra mais Erdogan est le seul à avoir l'honnêteté intellectuelle d'entrer en guerre contre ces gens là... L'Europe elle fait quoi pendant ce temps là ??? Comme d'hab. le verbe fort et la main molle comme dirait l'autre !