En Australie

14 janvier 2020 13:46; Act: 14.01.2020 14:27 Print

Plus de 5 000 dromadaires sauvages abattus

Les autorités ont dû se résoudre à tuer ces animaux pour protéger les réserves d'eau, alors que l'Australie vit une sécheresse sans précédent.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Des tireurs à bord d'hélicoptères ont abattu plus de 5 000 dromadaires sauvages en Australie, lors d'une campagne visant à réduire la menace que ces animaux constituent pour la population, dans le contexte de la sécheresse qui sévit dans l'intérieur du pays, ont annoncé mardi les autorités.

Des responsables locaux de l’État d'Australie méridionale avaient affirmé que des troupeaux «extrêmement importants», en quête d'eau et de nourriture, s'approchaient de plus en plus des zones habitées, menaçant les réserves de ces villages, en plus de provoquer des dégâts et de constituer un danger pour les automobilistes.

L'immense île-continent a vécu en 2019 son année la plus chaude et sèche, ce qui a non seulement entraîné de dramatiques feux de forêts qui font toujours rage dans certaines régions, mais aussi des pénuries d'eau dans nombre de localités.

«Espèce nuisible»

Cette campagne d'abattage de cinq jours a pris fin dimanche dans les territoires de l'Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY), vaste zone d'administration locale (LGA) gérée par les aborigènes dans l'extrême nord-ouest de l'Australie-méridionale, a précisé Richard King, directeur général des territoires de l'APY, où vivent environ 2 300 personnes.

«Nous comprenons les préoccupations des défenseurs de la cause animale, mais il y a beaucoup de désinformation quant aux réalités de la vie pour les animaux sauvages non endémiques, dans un des endroits les plus arides et reculés de la Terre», a déclaré Richard King, dans son communiqué.

«En temps que gardiens de cette terre, nous devons gérer une espèce nuisible qui a été introduite de façon à protéger les précieuses réserves d'eau pour les populations et protéger en priorité la vie de tout le monde, y compris des jeunes enfants, des personnes âgées, et de la flore et de la faune indigènes».

Réserves d'eau contaminées

Richard King a expliqué que des dromadaires affaiblis se retrouvaient souvent piégés dans des puits au point d'y mourir, contaminant des réserves d'eau précieuses pour les habitants et la faune sauvage. «La sécheresse qui dure, qui n'est pas difficile à gérer pour la faune indigène, génère des situations de grave détresse pour les dromadaires sauvages», a-t-il dit. Des responsables de l'APY ont précisé que plus de 5 000 dromadaires avaient été abattus. Des médias mentionnent eux 10 000 bêtes tuées.

Les dromadaires ont été introduits en Australie dans les années 1840 par les colons, qui les utilisaient pour l'exploration ou pour transporter des marchandises et des biens, avant la construction de lignes de chemin de fer.

20 000 bêtes importées

Environ 20 000 bêtes furent importées d'Inde en une soixantaine d'années. Évoluant en liberté dans l'arrière-pays (l'Outback) et sans prédateur naturel, ils se sont reproduits et sont considérés comme un nuisible qui contamine les sources d'eau et met en péril des zones fragiles ainsi que la faune et la flore indigènes.

L'Australie serait désormais le pays comptant la plus vaste population de dromadaires sauvages au monde, avec certaines estimations officielles, faisant état d'un million de bêtes dans les étendues désertiques du centre.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mimi le 14.01.2020 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les dromadaires ne sont pas originaires de l’Australie ,ils auraient dû les laisser dans leur pays d’origine ou contrôler les naissances !

  • Lora le 14.01.2020 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tellement triste de devoir en arriver là

  • Alex le 14.01.2020 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Comme s'il n'y avait pas assez d'animaux morts ces derniers temps en Australie :( Où va le monde...

Les derniers commentaires

  • briciola le 15.01.2020 16:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    trop mal au coeur

  • Honteux le 15.01.2020 06:18 Report dénoncer ce commentaire

    ignoble, y a assez de zoo dans le monde pour les répartir au lieu de les tuer. Oú est la protection animale ?

    • Analyste le 15.01.2020 11:29 Report dénoncer ce commentaire

      1 million de dromadaires?!?! Je me demande si il y assez de zoo?

  • plusieurs milliards de bêtes le 15.01.2020 06:10 Report dénoncer ce commentaire

    l'espèce la plus nuisible sur terre c'est l'humain polluant sans soucis, se disant civilisé qui confond égoisme avec intelligence ...

  • Tristesse et désolations. le 14.01.2020 23:36 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre de nous, l'humanité va droit dans le mur.

  • Steph57280 le 14.01.2020 21:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre planète...